Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Madrid n'exclut pas de sanctionner financièrement l'Open Arms

Madrid n'exclut pas de sanctionner financièrement l'Open Arms
Tous droits réservés
GUGLIELMO MANGIAPANE
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

A l'annonce de leur débarquement, les passagers et l'équipage de l'Open Arms ont laissé explosé leur joie, multipliant les embrassades et les chants.

Malgré cette accalmie, les incertitudes restent nombreuses. Pour les rescapés d'abord, qui ne savent toujours pas dans quel pays ils seront transférés, en dépit de l'accord entre cinq Etats européens.

Pour l'équipage ensuite, quirisque une lourde sanction financière. Selon la vice-première ministre espagnole, Carmen Calvo, l'ONG Open Arms n'avait pas reçu l'autorisation de mener des opérations de sauvetage au large de la Libye. Ses membres risquent donc une amende de 900 000€.

L'Open Arms n'avait pas le droit de mener des opérations de sauvetage. Le capitaine le savait, le ministre du Développement, qui est responsable de tous les navires civils du pays, le lui a rappelé plusieurs fois.
Carmen Calvo
Vice-première ministre espagnole

La crise de l'Open Arms a provoqué de vives polémiques, en Italie bien sûr, avec la campagne acharnée de Matteo Salvini contre le navire, mais aussi en Espagne.

"Organisation criminelle"

De nombreux partis d'opposition ont ainsi demandé au gouvernement de Pedro Sanchez des explications lors d'une session parlementaire spéciale, après plusieurs prises de position contradictoires vis-à-vis de l'ONG.

Le parti d'extrême droite Vox s'est, sans surprise, montré le plus virulent. Sur son compte Twitter, il estime qu'Open Arms est "une organisation criminelle, qui participe à la traite des êtres humains". Vox demande donc l'arrestation du capitaine du navire, lorsque ce dernier arrivera en Espagne.

Le bateau de la marine envoyé par Madrid pour secourir les migrants poursuit, lui, sa route, malgré le débarquement des rescapés sur l'île de Lampedusa. Il sera chargé de ramener, dans les prochains jours, les migrants accueillis par l'Espagne, dans le cadre de l'accord avec France, l'Allemagne, le Luxembourg et le Portugal.