PUBLICITÉ

Le parlement espagnol va examiner un projet de loi pour régulariser des sans-papiers

Des migrants mineurs accueillis près de Las Palmas, sur l'île de Grande Canarie, en Espagne, en mars 2024.
Des migrants mineurs accueillis près de Las Palmas, sur l'île de Grande Canarie, en Espagne, en mars 2024. Tous droits réservés NOS vía EBU
Tous droits réservés NOS vía EBU
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une pétition rassemblant plus de 600 000 signatures soutenue par quelque 900 associations a été remise au Parlement espagnol. Elle réclame la régularisation exceptionnelle de l'ensemble des sans-papiers vivant dans le pays.

PUBLICITÉ

Le parlement espagnol a accepté mardi d'examiner un projet de loi qui pourrait accorder des permis de séjour et de travail à des centaines de milliers d'étrangers vivant en Espagne sans papiers.

La proposition a été présentée au Congrès des députés à Madrid dans le cadre d'une initiative citoyenne, après avoir recueilli plus de 700 000 signatures et le soutien de quelque 900 organisations, allant des groupes de défense des droits des migrants aux associations catholiques.

Par 310 voix contre 33, les législateurs ont accepté d'examiner la proposition, seul le parti d'extrême droite VOX ayant voté contre. La législation va maintenant faire son chemin à travers la chambre basse du parlement où elle sera largement débattue et probablement amendée avant sa version finale.

Le projet de loi accorderait un statut légal aux étrangers arrivés en Espagne avant le 1er novembre 2021, dont des centaines de milliers d'immigrés d'Amérique latine et d'Afrique. La loi leur permettrait non seulement de vivre et de travailler légalement en Espagne, mais aussi de payer des impôts, de cotiser à la sécurité sociale et d'accéder aux soins de santé, à l'éducation et à d'autres services publics.

Selon les auteurs de l'initiative, entre 390 000 et 470 000 étrangers vivent de manière irrégulière en Espagne. Nombre d'entre eux survivent en travaillant dans l'économie souterraine en tant que saisonniers dans l'agriculture, concierges, chauffeurs-livreurs ou d'autres emplois mal rémunérés mais essentiels, boudés par les Espagnols. Sans protection juridique, ils sont souvent vulnérables à l'exploitation et aux abus.

Le projet de loi vise à mettre fin au manque de visibilité des migrants et à leur accorder des droits égaux.

Parallèlement, le gouvernement espagnol a annoncé cette semaine qu'il envisageait de supprimer les "visas dorés", qui permettent aux personnes fortunées originaires de pays extérieurs à l'Union européenne d'obtenir un permis de séjour après avoir investi plus d'un demi-million d'euros dans l'immobilier.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Lampedusa débordée après avoir accueilli plus de 1000 migrants en une journée

Paris se débarrasse-t-elle de ses migrants en vue des JO ?

La moitié des Européens désapprouvent la politique migratoire de l'UE, selon un sondage