Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

PMA, retraites, la rentrée chargée du gouvernement français

PMA, retraites, la rentrée chargée du gouvernement français
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le Conseil des ministres lance aujourd'hui la rentrée politique. Emmanuel Macron et son gouvernement vont tenter de mieux faire accepter une série de réformes délicates, après des mois de contestation des gilets jaunes.

Le mouvement s'est calmé, la rentrée s'annonce chargée mais s'appuie sur des chiffres rassurants pour le couple exécutif : sa popularité a dépassé les 32% en juillet. (32% pour Macron, 36% pour Edouard Philippe). Le chômage a baissé à 8,5% au deuxième trimestre, son plus bas depuis 10 ans.

Et La République en Marche, avec un peu plus de 22% aux élections européennes, juste derrière le Rassemblement national, n'a pas été laminé comme les autres partis.

Parmi les réformes prioritaires qui attendent le gouvernement, l'ouverture de la PMA pour toutes, y compris aux femmes homosexuelles et aux célibataires. Plus de 6 Français sur 10 y sont favorables, selon un sondage IFOP/RTL, alors que les Républicains sont contre un remboursement de la sécurité sociale.

Retraites : une consultation citoyenne

Autre dossier brûlant : l'unification des régimes de retraites, avec un âge "pivot" de départ à taux plein repoussé à 64 ans. Les 42 régimes spéciaux sont condamnés à disparaître au profit d'un système universel, les syndicats s'y opposent, et prévoient des manifestations mi-septembre. Le gouvernement promet une consultation citoyenne dans les prochains mois.

Après un été marqué par les protestations contre la signature du CETA, une rentrée sociale agitée attend le gouvernement : loi sur la bioéthique, réforme de la fonction publique, colère des urgentistes et des enseignants. Emmanuel Macron va devoir trouver les bonnes formules et éviter les réparties polémiques qui braquent l'opinion, pour ne pas revivre la même année politique.