Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brexit : une rencontre fructueuse entre Boris Johnson et Leo Varadkar?

Brexit : une rencontre fructueuse entre Boris Johnson et Leo Varadkar?
Tous droits réservés
REUTERS/Charles McQuillan
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'analyse de notre correspondant à Dublin Darren McCaffrey

A Dublin, les deux dirigeants ont reconnu qu'ils n'ont pas fait de progrès significatifs lundi notamment parce que les négociations ne se déroulent pas entre Londres et Dublin mais plutôt du côté de la Commission européenne à Bruxelles.

Ce qui est à noter, c'est que le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a été assez direct lorsqu'il a évoqué les dommages que le Brexit causera à l'économie irlandaise, et lorsqu'il a dit que la Grande-Bretagne n'avait pas encore proposé d'alternative réaliste au "filet de sécurité" que Londres veut supprimer de l'accord de divorce avec l'Union européenne.

En réponse, Boris Johnson s'est montré plutôt conciliant : le Premier ministre britannique a dit qu'il aurait préféré de loin obtenir un accord plutôt que partir sans accord, et que le "no deal" serait considéré comme un échec attribué notamment à la diplomatie.

Je pense qu'il était intéressant que dans le ton de sa voix, il se soit montré plus ouvert à l'idée d'obtenir un accord plutôt que d'intensifier une rhétorique sur le "no deal" comme il a pu le faire ces dernières semaines.

Pour autant, cela ne veut pas dire que les obstacles restants ne sont pas importants. Il y a encore des réponses à apporter par Londres et Bruxelles sur le Brexit et le temps presse. Ils vont devoir essayer d'obtenir un accord lors du sommet européen prévu les 17 et 18 octobre prochains à Bruxelles.

Cela reste une négociation très complexe même s'il y a aujourd'hui un vent d'optimisme. Ce sentiment qu'un accord pourrait être conclu explique sans doute en partie pourquoi la livre sterling était en hausse lundi.

Il ne fait aucun doute que l'on s'attend également du côté de Dublin, Bruxelles et d'autres capitales européennes à la perspective d'un Brexit sans accord. Une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, sans accord, le 31 octobre prochain reste une possibilité bien réelle.