Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'appel du pied de Snowden à la France

L'appel du pied de Snowden à la France
Tous droits réservés
ΦΩΤΟΓΡΑΦΙΑ ΑΠΟ twitter @Snowden
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Edward Snowden de nouveau sous le feu des projecteurs… Le lanceur d'alerte américain, réfugié en Russie depuis six ans, s'est confié à des médias français et allemands. Dans une interview à France Inter, il a dit souhaiter que la France lui accorde l'asile. Une demande à laquelle se sont dites favorables la ministre de la Justice Nicole Belloubet et l'eurodéputée LREM Nathalie Loiseau. Interrogé par la chaîne allemande ZDF, Snowden a reconnu que Vladimir Poutine pourrait décider de ne pas lui renouveler sa protection.

« Il le pourrait, malheureusement. Et tant que l'Europe aura une politique qui ne protège pas les lanceurs d'alerte contre les États-Unis mais qui les protège seulement contre l'Arabie saoudite, la Chine ou la Russie, nous continuerons d'avoir ce problème, assure-t-il. Je pense que c'est le plus triste dans toute cette histoire. Qu'est-ce que cela envoie comme message aux prochains lanceurs d'alertes ? Qu'est-ce que cela dit de notre monde actuel, de nos sociétés, quand le seul endroit où on ne peut pas nuire à un dissident américain est l'endroit auquel on s'attendrait le moins. »

Si Edward Snowden a accordé ces interviews, c'est notamment parce qu'il s'apprête à publier mardi ses mémoires dans une vingtaine de pays dont les États-Unis, pays qui l'a inculpé pour espionnage et vols de secrets d’État. Cet ancien analyste de la NSA avait révélé en 2013 l'existence d'un système de surveillance mondiale des communications et d'Internet organisé depuis les États-Unis. Il risque jusqu'à 30 ans de prison en cas d'extradition.

L'intégralité de l'interview est à découvrir sur le site de France Inter.