EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Législatives en Israël : Benny Gantz, "le tout sauf Netanyahu"

Législatives en Israël : Benny Gantz, "le tout sauf Netanyahu"
Tous droits réservés REUTERS/Amir Cohen
Tous droits réservés REUTERS/Amir Cohen
Par euronews avec AFP, Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le respecté et populaire ancien général Benny Gantz, relativement novice dans la politique israélienne, s'est posé en seule alternative à Benjamin Netanyahu.

PUBLICITÉ

Le respecté et populaire ancien général Benny Gantz, relativement novice dans la politique israélienne, s'est posé en seule alternative à Benjamin Netanyahu. Il a mené une campagne aux accents patriotiques et rassembleurs. Candidat de l'Alliance centriste Bleu-blanc, comme les couleurs du drapeau israélien, il s'est donné pour objectif de changer la direction du gouvernail de l'Etat israélien vers plus de démocratie.

Il a une ligne relativement plus modérée concernant la question palestinienne, tout en restant ferme sur le statut de Jérusalem et la sécurité générale d'Israël :

"Sous ma gouvernance, il n'y aura pas d'apaisement. L'Iran ne menacera pas Israël en prenant le pas en Syrie, au Liban ou dans la Bande de Gaza. Il n'affaiblira pas les régimes pragmatiques au Moyen-Orient. Sous ma gouvernance, l'Iran n'aura pas d'armes nucléaires."

"Finis, les clivages visant à diviser pour régner. Au contraire des actions rapides seront prises pour former un gouvernement d'union", assure l'ancien général.

Benny Gantz dit vouloir diriger le pays dans "l'intérêt de tous les Israéliens" et "non dans l'intérêt de groupes de pression". Libéral sur les questions de société, Benny Gantz a voulu à la fois veiller à ne pas froisser une partie de la gauche, tout en attirant des électeurs de droite déçus du Likoud de Netanhayu, sans se mettre à dos les autres centristes. Un difficile équilibre...

Il a aussi promis un gouvernement propre et veut tacler la corruption, une allusion non dissimulée aux affaires qui accablent l'actuel Premier ministre israélien. Lors des élections d'avril, l'alliance Bleu-Blanc avait remporté 35 sièges à la Knesset.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Législatives en Israël: le duel serré entre Gantz et Netanyahu

Législatives en Israël : "Bibi" ou "Benny", qui sera le prochain Premier ministre ?

Les sirènes à Tel-Aviv pour la première fois depuis des mois, Hamas "tire un barrage" depuis Gaza