EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Le CERN se perfectionne pour mieux comprendre les mystères de l'Univers

Le Grand collisionneur de hadrons, au CERN.
Le Grand collisionneur de hadrons, au CERN.
Tous droits réservés 
Par Claudio Rosmino
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le CERN, centre de recherche européen sur la physique des particules, profite d'un arrêt technique pour effectuer des travaux de réparation et d'amélioration.

PUBLICITÉ

A Genève, le CERN élargit son horizon. L'accélérateur de particules, qui fait la renommée du Centre européen de recherche, est actuellement en arrêt technique pour des travaux de réparation et d'amélioration.

Objectif : rendre plus performant l'ensemble du complexe d'accélérateurs, pour renforcer la qualité des détections. Situé à 150 mètres de profondeur, le Grand collisionneur de hadrons est le cœur du CERN. C'est là que sont propulsées les particules, pour atteindre la vitesse de la lumière.

Avec cet outil ultra performant, les chercheurs espèrent étudier le secret de la matière et les origines de l'univers. Leur mission : étudier l’infiniment petit, pour comprendre l’infiniment grand.

"Il y a beaucoup de questions passionnantes et cruciales auxquelles nous n'avons pas de réponse, raconte Fabiola Gianotti, la directrice générale du CERN. 95% de l'univers est encore inconnu aujourd'hui, nous ne savons pas où est passée toute la matière par exemple, et bien d'autres choses. Si je devais mentionner une chose que j'aimerais comprendre, c'est la composition de la matière noire. Ce serait génial, car alors, notre compréhension de l'univers s'améliorerait, passant de 5% à 30%.__"

95% de l'univers est encore inconnu aujourd'hui.
Fabiola Gianotti
directrice générale du CERN

Le Grand collisionneur de hadrons avait permis la découverte, en 2012, de la particule subatomique appelée Boson de Higgs. Pour poursuivre ces avancées scientifiques, le CERN prévoit de construire un nouveau collisionneur de 100 km de circonférence.

Plus le collisionneur est grand, plus la vitesse des atomes à l’intérieur est rapide. Les chercheurs estiment ainsi qu'ils pourraient découvrir de nouvelles particules, invisibles avec la technologie actuelle. Ce nouvel accélérateur devrait être opérationnel en 2050.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Art Basel : la grande foire d'art de Bâle va ouvrir ses portes au public

Le lac Léman menacé par des températures élevées

La Suisse aussi va augmenter le budget de sa défense