DERNIERE MINUTE

L’Orient-Express fait escale à Lyon

L’Orient-Express fait escale à Lyon
Taille du texte Aa Aa

Un train de légende est arrivé en gare de Lyon Perrache, en France. Ce morceau d’histoire ferroviaire restera à quai ce week-end à l'occasion des journées européennes du patrimoine.

Tout au long de son exploitation commerciale, l’Orient-Express a vu son aura grandir jusqu'à devenir un véritable mythe.

"L’Orient-Express est l’un des trains les plus connus au monde. Il parle quasiment à tout le monde, comme le Transsibérien qui circule en Russie", explique Arthur Mettetal, Responsable patrimoine “Orient-Express”.

"Ce qui est intéressant avec ce train, [c'est qu']on lui prête énormément d’aventures, énormément de choses. Des choses qui sont vraies et des choses qui sont fausses", poursuit-il.

C'est un train qui a accueilli énormément de passagers célèbres, que ce soit Mata Hari, que ce soit Joséphine Baker, des rois et des reines, le roi de Bulgarie, le roi des Belges.
Arthur Mettetal
Responsable patrimoine “Orient-Express”

Enfin pour Arthur Mettetal, "on a vraiment un écosystème très 'star-système' dans ce train. Ce qui en a fait un mythe vraiment extraordinaire. Et j’ajouterai que le mythe de l’Orient-Express, c’est aussi sa destination, c’est à dire Constantinople - avec l’orientalisme à la fin de XIXe siècle- et ensuite Istanbul".

La romancière britannique Agatha Christie donnera encore plus de lustres au “roi des trains, train des rois”, tel qu’on le surnomme, quand sortira en 1934 son fameux Crime de l'Orient-Express.

Ce roman noir sera adapté au cinéma en 1974. Son réalisateur, Sidney Lumet, tournera ses plans à l'intérieur même de ce train à l’ambiance aujourd’hui encore si particulière.

L’aventure débute en 1883 lorsque l’Orient-Express quitte pour la première fois Paris pour traverser l’Europe dans un luxe jamais vu pour l’époque. Après un changement de train, un embarquement dans un bateau, les passagers arriveront à Constantinople plus de 80 heures plus tard.

Mais en 1977, l'Orient-Express cesse de parcourir les rails européens. Ses wagons seront dispersés dans plusieurs compagnies. En 2014, la SNCF décide de racheter plusieurs voitures pour les rénover et éviter la disparition d'une icône de la compagnie publique des chemins de fer français.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.