Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Pas de visa américain pour la délégation russe de l'ONU, Moscou en colère

Pas de visa américain pour la délégation russe de l'ONU, Moscou en colère
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

"Une violation des obligations internationales". Voilà comment le Kremlin a qualifié la décision des Etats-Unis de ne pas accorder de visa à la délégation russe de l'ONU. Les dix délégués en question devaient se rendre à New-York pour l'Assemblée générale des Nations Unies. Selon le ministère russe des Affaires étrangères, Washington aurait volontairement refusé d'accorder les visas.

Pour Dmitry Peskov, attaché de presse du Président de la Russie : "Il s'agit d'une violation directe des obligations internationales de Washington, car il ne s'agit pas d'une visite bilatérale, mais d'une visite de la délégation russe à l'Assemblée générale des Nations unies (...) Or, ces règles ont été violées. Cela exige certainement une réaction assez dure de la part de Moscou et, nous en sommes sûrs, de l'ONU."

Selon les autorités russes, des responsables américains auraient restitué les documents de demande de visa, affirmant qu'ils avaient été soumis trop tôt. D'après Pyotr Tolstoï, membre de la Chambre civique de la Fédération de Russie : "Les Américains considèrent cette organisation comme leur organisation "domestique" ; ils ne comprennent pas la différence entre le statut international de l'ONU et le territoire américain lui-même. Pour eux, c'est une salle de cinéma privée où ils jouent différents films et où ils sont libres de laisser entrer ou non quelqu'un ".

Sergueï Lavrov, le ministre russe des affaires étrangères, ne souhaite pas en rester là et affirmé vouloir en discuter avec le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo.