Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Incendie de l'usine chimique de Rouen : quels risques pour la population ?

Incendie de l'usine chimique de Rouen : quels risques pour la population ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

A Rouen, dans le nord de la France, la population locale exprime toujours son inquiétude après l'incendie qui a ravagé une usine chimique engendrant un gigantesque panache de fumée et des retombées de suie sur les environs, notamment dans la Seine, toute proche.

"Une transparence totale", assure le Premier ministre

Face aux critiques concernant le manque de transparence des autorités, le Premier ministre Édouard Philippe s'est engagé ce dimanche à faire toute la lumière sur les conséquences sanitaires potentielles de cet évènement, qualifié samedi de "catastrophe majeur" par le préfet de Normandie.

Depuis, ce dernier s'est montré plus rassurant, les résultats d'analyses de l'air n'ayant rien révélé d'anormal, sauf sur la zone de l'incendie, l'usine de Lubrizol, où était fabriqués des additifs servant à enrichir huiles, carburants ou peintures industriels.

"Mal à la tête et à la gorge"

Les messages des autorités ne rassurent pas pour autant ces habitants, confrontés depuis jeudi à une odeur âcre :

"Ils nous disent : tout va bien, ne vous inquiétez pas, rentrez chez vous. Mais non, venez dans notre maison, venez constater l'odeur."

"Tout le monde ici a mal à la tête et à la gorge. Si ce n'est pas toxique, pourquoi on a tous ces symptômes là ?"

Des mesures de précaution pour les cultures

La préfecture a toutefois ordonné des mesures de précaution dans des zones potentiellement polluées.

La récolte des cultures et des denrées alimentaires d'origine animale est suspendue dans une centaine de communes des Hauts-de-France, touchées par les retombées de suie qui pourraient "présenter un risque de santé publique ", justifient les autorités. L'Aisne et la Somme sont notamment concernées.

La préfecture préconise aussi des mesures pour les productions végétales récoltées avant l'incendie et susceptibles d'avoir été exposées à la contamination. Enfin, elle demande que soient consignés le lait, les œufs ou le poisson, issus de l'élevage potentiellement exposé au nuage de fumée, "jusqu'à l'obtention de garanties sanitaires."

Des élus réclament une commission d'enquête parlementaire sur cet incendie.