Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Grèce : le camp de Moria sous le choc

Grèce : le camp de Moria sous le choc
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le camp de Moria est sous le choc après la soirée d'émeutes et l'incendie qui a tué une femme et fait 17 blessés.

Le camp se trouve sur l'île de grecque de Lesbos, c'est le plus important camp de réfugiés d'Europe et le site est asphyxié par les arrivées constantes de nouveaux migrants.

Le bilan pourrait encore s'alourdir : le nouveau-né de la femme morte pourrait lui aussi avoir péri dans les flammes.

Lefteris Oikonomou est le vice ministre de la Protection civile grecque : "Un cadavre carbonisé a été retrouvé, cette découverte a provoqué une révolte parmi les migrants. Ils ont attaqué avec violence les pompiers, et les policiers, à coups de pierres et d'autres objets."

Après l'incendie, neuf hommes, six femmes et deux enfants ont été transportés à l'hôpital de Mytilène, la principale ville de l'île de Lesbos.

Apostolos Staikos, Euronews : "Des forces de police ont été dépêchées en renfort depuis Athènes et sont à l'intérieur du camp pour rétablir l'ordre. Mais les gens ici sont inquiets, ils ne savent pas quand ils pourront quitter l'île. Ce centre pour réfugiés est prévu pour 4.000 au maximum alors que 12 000 personnes y vivent aujourd'hui."

Selon des migrants, l'incendie serait parti dimanche soir d'un petit commerce ambulant.

Les émeutes ont commencé quand des migrants s'en sont pris aux pompiers à qui ils reprochaient de ne pas être intervenus suffisamment rapidement.

Au lendemain de l'incendie de Moria, le gouvernement grec a annoncé ce lundi qu'il voulait renvoyer en Turquie quelque 10 000 migrants d'ici la fin 2020.

10 000, c'est aussi le nombre estimé des arrivées à Lesbos ces trois derniers mois.