Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Viktor Orban compte sur les campagnes : l'opposition vise Budapest aux municipales

Viktor Orban compte sur les campagnes : l'opposition vise Budapest aux municipales
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

À Budapest l'opposition joue la carte de l'union sacrée pour tenter de ravir la capitale mais ailleurs dans le pays ses relais sont invisibles et le Fidesz n'est pas menacé.

Beatrix Asboth, Euronews : "Nous sommes dans le nord-est de la Hongrie pour observer sur le terrain la campagne des principaux partis politiques. Il ressort que Fidesz et les candidats indépendants sont présents et font campagne, mais les partis d'opposition n'ont même pas de panneau d'affichage."

Nous sommes ici dans le village de Komloska, à 250 kilomètres au nord-est de Budapest.

Les affiches de campagnes sont inexistantes et le maire explique que les candidats préfèrent venir rencontrer personnellement les électeurs qui depuis la chute du régime communiste attachent beaucoup d'importance aux scrutins locaux.

László Köteles, maire de Komlóska : "Jusqu'au changement de régime, les petits villages n'avaient pas de mairie. Les villages de moins de 500-600 habitants ont retrouvé le droit à l'autogestion après le changement de régime. C'est pour cette raison que les élections locales sont si importantes : maintenant les municipalités décident de leur propre destin, de leur fiscalité, de leur environnement économique, de leurs institutions et de la façon dont ils dépensent le peu d'argent qu'ils reçoivent, que cela soit pour les routes, le drainage ou ce qui est important à leurs yeux."

Dans la plupart des villages, les électeurs connaissent personnellement les candidats qui eux choisissent l'étiquette "indépendant" plutôt qu'une affiliation à un parti politique.

"Je suis la mère d'un petit garçon d'un an et demi alors pour moi, ce qui compte le plus, c'est le jardin d'enfant de Komloska" explique une électrice rencontrée dans la rue. "Je voterai pour celui qui garantira une éducation de bonne qualité."

L'opposition hongroise reproche au pouvoir d'avoir remodelé à son avantage le système électoral pour compliquer la possibilité d'une alternance politique.

Selon les sondages, seules Budapest et les grandes villes pourraient échapper aux Fidesz dimanche soir.