Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Municipales en Hongrie : le parti de Viktor Orban menacé à Budapest ?

Municipales en Hongrie : le parti de Viktor Orban menacé à Budapest ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La suprématie du premier ministre Viktor Orban sera-t-elle remise en cause dans la capitale hongroise, Budapest ? C'est l'objectif de l'opposition, qui s'est rassemblée, à l'occasion des élections municipales de ce dimanche en Hongrie.

Pour la première fois depuis une décennie, le Fidesz, le parti national-conservateur du Premier ministre Viktor Orban n'est pas assuré d'une large victoire à Budapest, la capitale hongroise qui a été le théâtre durant l'hiver dernier de manifestations contre Viktor Orban et sa réforme du droit du travail.

Plus généralement, l'opposition de gauche lui reprochait de porter atteinte à l'Etat de droit et à l'équilibre des pouvoirs en Hongrie.

Le maire sortant, István Tarlós, proche du premier ministre, affronte donc un candidat adoubé par les principaux partis d'opposition. Une alliance inédite qui va des socialistes jusqu'au parti Jobbik, en passant par les Verts, autour de Gergely Karacsony, âgé de 44 ans et maire à tendance écologiste du 14ème arrondissement de Budapest.

Ambiance délétère

Signe que ce scrutin suscite une certaine fébrilité, la campagne électorale s'est déroulée dans une ambiance tendue, entre allégations de corruption, diffusions de vidéos intimes d'élus locaux et autres coups bas.

L'opposition espère aussi créer la surprise dans d'autres grandes villes, mais pas sûr que la situation à Budapest reflète celle de l'ensemble de la Hongrie

Au niveau national, Viktor Orban, au pouvoir depuis 2010, reste relativement populaire. Son parti avait obtenu plus de la moitié des suffrages aux élections européennes du mois de mai.