DERNIERE MINUTE

Ouverture du premier crématorium de Grèce

Ouverture du premier crématorium de Grèce
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La Grèce dispose enfin de son premier centre funéraire crématoire, à Ritsona, près d'Athènes. Jusqu'à récemment, l'incinération des défunts était interdite dans le pays et n'a été autorisée par la loi qu'en 2006. Mais depuis 13 ans, aucun crématorium n'avait encore été construit.

La seule alternative était un voyage de huit heures vers la Bulgarie voisine. L'ancienne actrice grecque devenue députée, Anna Vagena, a dû faire le trajet jusqu'à Sofia pour incinérer son mari : "C_'était très douloureux, toute la procédure, le transport, l'endroit où il a été emmené après l'hôpital. On a dû faire ça en secret, illégalement, comme des hors-la-loi. Un prêtre est venu car je lui avais demandé. Mais en secret aussi, je ne pense pas qu'il l'ait dit à sa paroisse._"

La création d'un crématorium s'était jusque-là heurtée à l'opposition de l’Eglise orthodoxe, très influente dans le pays. En 2012, un projet de construction à 50 km d’Athènes, a été annulé sous la pression d'un prêtre. L'église interdit les funérailles religieuses pour les personnes incinérées.

"L’incinération du corps n’est pas en accord avec la tradition de l’Église, qui commence avec le Christ. explique le prêtre Serafeim Dimitriou, "Puisqu’il a été enterré, les chrétiens doivent faire de même."

Quant au crématorium, il se justifie : "Ce n'est pas l'Eglise qui faisait obstacle à sa construction, mais plutôt l'incapacité de l'Etat à réussir à taxer les crémations et des enterrements de la même façon".

Pas d'aide de l'état pour la construction du centre funéraire de Ritsona, un bâtiment qui a coûté plus de quatre millions d’euros, financé uniquement avec des fonds privés.

Les propriétaires du premier crématorium de Grèce ont choisi une région éloignée, à quelque 80 km au nord d’Athènes, dans une enceinte de 11 000 m2, loin de toute zone résidentielle, au milieu des oliviers, pour éviter les problèmes administratifs et les plaintes des habitants.

Le bâtiment est opérationnel depuis fin septembre et a déjà effectué une trentaine de crémations.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.