DERNIERE MINUTE

BREXIT : quel avenir pour la palette ?

BREXIT : quel avenir pour la palette ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

A Aylesford, au Royaume-Uni, des centaines de milliers de palettes en bois sont produites chaque année et utilisées pour transporter des produits à travers le monde.

Des palettes qui aujourd'hui, doivent répondre aux mêmes exigences que partout ailleurs dans l'Union européenne. Mais cela pourrait changer.

David Church, de Bravest Manufacturing : «Toutes les palettes expédiées en dehors de l'Europe à l'heure actuelle doivent subir un traitement thermique pour éliminer les maladies, les insectes, etc... Mais cette loi ne s'applique pas en Europe. Pour le moment, il n’est pas nécessaire de traiter thermiquement les palettes destinées à l’Europe, mais s’il s’agit d’un Brexit dur, les palettes acheminées vers l’Europe devront potentiellement subir un traitement thermique."

Briohny Williams, Euronews : "Pour les entreprises qui s’assurent d’avoir le bon type de palette en bois dans un monde post-Brexit, ce n’est que l’un des centaines de règles et de réglementations qui pourraient changer lorsque le Brexit aura lieu. Make UK, le syndicat des fabricants britanniques, indique que certaines entreprises ne se préparent pas au Brexit car elles ne croient pas qu'il arrivera tandis que d’autres ne le font pas car elles ne peuvent tout simplement pas se le permettre."

Avec l'approche du Brexit, certaines entreprises ont déjà commencé à stocker des palettes traitées thermiquement...

Tony Mountain, Bravest Manufacturing : "Certains de nos clients ont déjà opté pour du bois traité thermiquement. Toutes leurs palettes sont maintenant traitées thermiquement. Nous avons déjà quelques demandes, mais l'incertitude liée au Brexit fait que l'on ne sait pas trop où on va et si tout le monde va passer au bois traité thermiquement".

Le gouvernement britannique assure travailler avec des organismes du secteur et tenir les entreprises informées sur le Brexit. Mais certains groupes d’entreprises estiment que les ressources sont trop peu nombreuses et arrivent trop tard.

Jo James, de la Chambre de commerce britannique : "J'ai l'impression que les préparatifs sont en place, mais il faudrait que ce soit des deux côtés. Ca ne sert à rien d’avoir une fantastique planification d’urgence sur la façon dont vous allez transporter le fret. Dans un monde idéal, tout le monde saura exactement ce que l'on attend d'eux, nous aurons les bons papiers et nous n'aurons aucun problème, mais vous savez qu'en réalité, ce ne sera pas le cas et ma seule crainte est que nous pourrions nous retrouver avec des routes bloquées."

C’est la congestion dans les ports et sur les routes que les entreprises veulent éviter car le temps coûte de l’argent. Mais ils ne savent toujours pas à quel genre de Brexit ils vont faire face... et le temps presse.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.