DERNIERE MINUTE

Le dictateur Franco mis dehors de son glorieux mausolée 44 ans après sa mort

Le dictateur Franco mis dehors de son glorieux mausolée 44 ans après sa mort
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Francisco Franco, qui a maintenu l'Espagne sous sa botte de général de 1939 à 1975, a finalement quitté son mausolée de luxe pour rejoindre des morts plus humbles, 44 ans après son décès. Cette décision gouvernementale tend à refermer définitivement la plaie de la guerre civile puis de la longue dictature subies par la péninsule, ce qui est loin d'être gagné ! L'opération, d'une forte portée symbolique, s'est déroulée ce jeudi en présence d'une vingtaine de proches de Franco et de quelques autorités politiques et religieuses. Le transfert des restes a eu lieu entre le monument de la "Valle de los Caidos" (qu'on pourrait traduire par "La vallée de ceux qui sont tombés") et le cimetière de Mingorrubio, situé dans le quartier Pardo à Madrid.

La famille lors de son entrée dans le mausolée :

Du mausolée au tombeau familial en hélicoptère

Le tombeau de marbre du dictateur avait été érigé dès 1975 au beau milieu du grandiose mausolée, dans les montagnes de la Sierra de Guadarrama, à environ 55 kilomètres au nord-ouest de la capitale espagnole. Il se trouvait au pied d'une gigantesque croix de 150 mètres de haut. Il a fallu plus de deux heures pour procéder à l'exhumation menée par une vingtaine de personnes au total, dont deux médecins légistes. Même si le cercueil de bois est fortement dégradé, la dépouille du général Franco avait été embaumée et placée dans un contenant en zinc.

Au moment de la levée a eu lieu une très brève cérémonie. Aux côtés de son arrière petit-fils, Louis de Bourbon, cousin éloigné du roi d'Espagne, et du neveu le plus impliqué dans ce transfert, Cristobal Martinez Bordiu, se tenait la ministre de la Justice, Dolores Delgado, et Santiago Cantera, le prieur de l'abbaye bénédictine - qui se trouve sur le site de la "Valle de los Caidos" - a béni la dépouille. Puis les restes ont été transportés par hélicoptère jusqu'au cimetière du Pardo (voir la carte ci-dessous). La réinhumation a été réalisée sous haute protection policière mais dans l'intimité, juste en présence des proches, dans un monument funéraire où repose déjà la femme de Francisco Franco.

Pour en finir avec l'apologie de la dictature franquiste

Le Premier ministre espagnol, le socialiste Pedro Sanchez, a rempli sa promesse, faite dès son arrivée à la tête du gouvernement en juin 2018 : celle de ne plus laisser le mausolée proche de Madrid servir de lieu de rendez-vous aux nostalgiques du franquisme, et plus généralement à des groupuscules d'extrême-droite venus du monde entier. Franco l'avait fait construire par des milliers de prisonniers républicains de la guerre civile qui, utilisés comme des "bêtes de somme", ont souffert au cœur des montagnes pour assurer la gloire du dictateur.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.