DERNIERE MINUTE

Les visages de la malnutrition au Niger

Les visages de la malnutrition au Niger
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le service de pédiatrie de l'Hôpital National de Zinder, au sud du Niger, est étrangement calme. Les enfants soignés ici sont faibles et se déplacent lentement : la majorité d'entre eux sont mal nourris.

Certains se battent pour leur vie, comme Rabé Hadiza, âgée de 2 ans. Elle pèse seulement 5 kg, au lieu de 11 kg normalement.

La fillette est dans le coma dans une unité de soin intensif, car de nombreuses complications accompagnent la malnutrition, comme l'explique l'infirmière en chef, Hawaou Ousmane Madougou : "Tous les enfants qui viennent, et qui sont malnutris, viennent avec des complications. Il y a des complications respiratoires, il y a des complications métaboliques, des complications neurologiques, des complications digestives et des complications cutanées. Les enfants peuvent avoir une ou plusieurs de ces complications."

38 000 décès chaque année

Des dizaines d'autres enfants sont soignés dans le service. Bohari Huseini a trois ans et il souffre de malnutrition aiguë sévère.

C'est un enfant qui a une toux et maintenant une infection respiratoire sévère avec une fréquence respiratoire élevée, raconte Hawaou Ousmane Madougou. Et en plus de ça, c’est un enfant qui présente une diarrhée et finalement l'enfant a fini par faire une déshydratation sévère.

Bohari pèse7,4 kg, contre 12 kg pour un enfant de son âge. Il devra rester une quinzaine de jours à l'hôpital, pour regagner des forces.

"J'ai six enfants, et deux d'entre eux souffrent de malnutrition aiguë sévère. Je ne produis pas assez de lait, parce que je n'ai pas assez à manger", explique sa mère, Amina Chaibou.

L'Hôpital de Zinder admet entre 8000 et 9000 enfants sévèrement malnutris comme Rabé et Bohari, chaque année. Au Niger, la malnutrition tue toujours 38 000 enfants tous les ans.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.