PUBLICITÉ

152 millions d'enfants travaillent dans le monde

152 millions d'enfants travaillent dans le monde
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

152 millions d'enfants travaillent dans le monde : l'Organisation Internationale du Travail appelle à mieux faire respecter les lois dans les secteurs d'approvisionnement des multinationales. L'Ouzbekistan a fait un effort pour le coton.

PUBLICITÉ

152 millions d'enfants travaillent dans le monde. Constat terrible de l'organisation internationale du travail, qui relève pourtant des améliorations. En Ouzbékistan, le secteur du coton vit une petite révolution. Suite à une campagne de boycott international du coton ouzbek, deuxième producteur au monde, l'Etat a diminué de 50% le nombre de travailleurs forcés. Dès 7 ans les enfants ainsi que leurs professeurs sont obligés d'abandonner l'école le temps de la récolte. Faute de machines performantes, 90% du coton est ramassé à la main. 

L'Onu s'est fixé comme objectif de mettre fin au travail des enfants d'ici à 2025. Pour cela, il faut prendre des mesures efficaces, et agir sur les chaînes d'approvisionnement. Trop d'enfants travaillent pour l'export, pour les multinationales.

26% du travail des enfants en provenance d'Asie orientale et du Sud-Est contribue aux exportations vers d'autres régions.

L'implication des enfants dans l'export est plus forte aussi dans les pays d'Amérique latine (22%) qu'en Asie occidentale, (12%) et en Afrique septentrionale (12%).

L"OIT le rappelle : le travail des enfants a des conséquences néfastes tout au long de leur vie pour leur développement physique, mental et social, les privant de la chance de pouvoir jouer et apprendre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Message de prisonniers dans une carte de Noël: Tesco suspend sa production en Chine

Les droits de l’enfant bafoués

Les ventes d'alcool des pays baltes à la Russie augmentent malgré les sanctions