Les ventes d'alcool des pays baltes à la Russie augmentent malgré les sanctions

La Lettonie était le premier exportateur de whisky vers la Russie en 2023, mais les experts locaux affirment que le pays revend des produits occidentaux.
La Lettonie était le premier exportateur de whisky vers la Russie en 2023, mais les experts locaux affirment que le pays revend des produits occidentaux. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Giulia Carbonaro
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

La Lettonie et la Lituanie sont accusées de servir d'intermédiaires entre les producteurs occidentaux de boissons alcoolisées et la Russie.

PUBLICITÉ

La Lettonie était le plus grand exportateur de whisky vers la Russie en 2023, selon des données publiées par l'agence de presse publique russe Ria Novosti, et ce malgré les fortes tensions entre les deux pays suite à l'invasion de l'Ukraine et aux sanctions occidentales imposées à Moscou.

Ria Novosti écrit que la Russie a importé pour près de 244 millions d'euros de whisky entre janvier et septembre 2023, soit près de quatre fois plus qu'au cours de la même période en 2022.

La plupart de ces importations provenaient de la Lettonie voisine, qui, selon l'agence de presse, a expédié des produits d'une valeur totale de 177,4 millions d'euros, soit 6 fois plus que le deuxième plus grand fournisseur de whisky à la Russie, la Lituanie, avec 26,9 millions d'euros.

Les exportations de la Lettonie vers la Russie représentaient plus de 1,1 milliard d'euros en 2023, selon les données du gouvernement du pays citées par l'agence de presse allemande DW. Les boissons, les spiritueux et le vinaigre constituaient plus de la moitié de ces exportations.

L'année dernière, l'État balte a exporté plus de vin vers la Russie (73 millions d'euros) que l'Italie (68 millions d'euros), qui en produit pourtant beaucoup plus que la Lettonie.

Un intermédiaire pour les entreprises occidentales

Selon des experts locaux, la Lettonie joue le rôle d'intermédiaire pour des entreprises occidentales qui ne veulent pas montrer qu'elles vendent toujours leurs produits à la Russie, dans le contexte de la guerre meurtrière qui sévit en Ukraine.

Matiss Mirosnikovs, économiste à la Banque de Lettonie, déclare à Euronews que si le pays est depuis longtemps un intermédiaire pour les entreprises occidentales, il a vu le nombre de réexportations de biens occidentaux augmenter après l'invasion de l'Ukraine par Moscou en 2022.

"Si nous regardons où ces marchandises sont fabriquées, de quel type de boissons alcoolisées il s'agit, nous constatons que la plupart sont d'origine étrangère, qu'elles ne sont pas produites localement ici", ajoute-t-il.

"Je pense que ce qui se passe, c'est que les entreprises occidentales essaient de détourner l'attention de leur rôle de vendeurs [à la Russie]. Les noms des grandes sociétés mères n'apparaissent pas dans ces échanges, ce qui leur permet de cacher leurs liens avec la Russie", suggère Matiss Mirosnikovs.

"Nous ne sommes pas à blâmer", avance-t-il. "Nous avons une position frontalière et certains exportateurs occidentaux profitent de cette opportunité. Les exportations de la Lettonie n'enfreignent pas les sanctions imposées à la Russie pour l'invasion de l'Ukraine le 24 février 2022".

Davis Vitols, directeur général de l'Association lettone de l'industrie de l'alcool (LANA), est du même avis.

"Avant que la Russie ne lance l'invasion de l'Ukraine, la Lettonie était déjà l'une des principales plaques tournantes, si ce n'est la principale, pour les réexportations de nombreuses grandes sociétés d'alcool vers la Russie, le Belarus, l'Ukraine et le Kazakhstan", déclare Davis Vitols à Euronews.

"Selon les sanctions imposées par l'UE, les exportations d'alcool vers la Russie et la Biélorussie sont toujours autorisées, à l'exception des bouteilles qui coûtent plus de 300 €. Comme la Lettonie ne produit pas de whisky, ces bouteilles sont réexportées depuis d'autres pays, et en Lettonie, elles sont estampillées selon les lois du pays exportateur", explique-t-il.

Des sources russes confirment la version des experts lettons.

"Si auparavant les importations allaient en Russie en transitant simplement par la Lettonie ou la Lituanie, les livraisons sont maintenant destinées aux États baltes ; ce sont eux qui ré-expédient ensuite à la Fédération de Russie", explique à Ria Novosti Veniamin Grabar, président de la société russe d'alcool Ladoga.

"La chaîne logistique n'a pas vraiment changé, seules les formalités administratives sont différentes. La raison est que, souvent, les fournisseurs étrangers ne veulent pas prendre de risques en indiquant la Russie comme point de livraison final".

Matiss Mirosnikov avance à Euronews que la proportion des exportations vers la Russie avait en réalité chuté "de manière spectaculaire" depuis 2014.

Il y a dix ans, la Russie était le deuxième partenaire d'exportation de la Lettonie, représentant 14 % du total des marchandises exportées, alors qu'aujourd'hui, ce chiffre est inférieur à 6 %.

PUBLICITÉ

"C'est encore assez élevé, mais son rôle a diminué au fil des ans", conclut-il.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : 150 000 Russes et 16 000 Ukrainiens sont partis vivre en Serbie

La Russie prend le contrôle d'Avdiïvka après le retrait des troupes ukrainiennes

La consommation d'alcool en baisse dans de nombreux pays européens