DERNIERE MINUTE

Joseph Stiglitz : "Nous avons besoin d'un nouveau contrat social"

Joseph Stiglitz : "Nous avons besoin d'un nouveau contrat social"
Taille du texte Aa Aa

Ces derniers temps, les données sur l'économie globale disent toutes la même chose : l'économie de l'Europe et du monde ralentit, et les systèmes politiques traditionnels essayent tant bien que mal de rester en vie. Le prix Nobel d'économie de 2001, Joseph Stiglitz, estime depuis des années que cette situation est due à une différence de plus en plus importante entre la création et l'extraction de richesses. L'équipe de The Global Conversation l'a rencontré à Amsterdam, où il a présenté son nouveau livre intitulé Pouvoir, peuple, profit - Le capitalisme à l'heure de l'exaspération sociale.

Efi Koutsokosta - Euronews : Nous voyons cette exaspération sociale partout à travers le monde. En France, par exemple, avec la protestation massive des Gilets jaunes, mais aussi à Hong-Kong, au Liban, au Chili ... Ce mécontentement global ne signifie-t-il pas que le capitalisme a atteint ses limites?

Joseph Stiglitz- économiste, prix Nobel d'économie : Oui, c'est cela. Au Chili, les performances macro-économiques sont très bonnes, mais si l'on regarde les chiffres de l'inégalité, on se rend compte que c'est l'un des pays les plus inégalitaires au monde. Ce qui était frappant, c'est que les gens semblaient l'accepter. Jusqu'à ce qu'ils cessent de le faire. Ce que j'essaye d'expliquer, c'est que nous avons besoin d'un nouveau contrat social entre le marché, l'État et la société civile. Le capitalisme fera partie de l'histoire, mais pas le capitalisme que nous avons connu ces 40 dernières années; c'est-à-dire, un capitalisme égoïste et débridé, où les entreprises ne font que maximiser leur valeur actionnariale sans tenir compte des conséquences sociales. Si l'on fait ça, on se retrouvera avec une situation comme aux Etats-Unis, où il y a non seulement de l'inégalité, mais aussi une crise des opioïdes. L’espérance de vie décline. Il y a aussi une crise de l'alimentation et du diabète infantile. Les industries agro-alimentaires exploitent notre jeunesse. Il y a des entreprises comme Exxon qui nient le changement climatique. Il y a l'industrie du tabac, qui nie l'impact néfaste des cigarettes sur notre santé. Il y a tant d'exemples de comportements répréhensibles et immoraux.

Nous avons besoin d'un nouveau contrat social entre le marché, l'État et la société civile. Le capitalisme fera partie de l'histoire, mais pas le capitalisme que nous avons connu ces 40 dernières années.
Joseph Stiglitz
économiste

Etes-vous d'accord avec le président français Emmanuel Macron ? Il plaide, lui aussi, pour une réécriture des règles de l'Union Européenne et de la zone Euro.

Joseph Stiglitz : Tout à fait. Vous savez, le problème en Europe ce sont les emplois. La promesse, c'était que si l'inflation est inférieure à 2 %, si le déficit est inférieur à 3 %, et si la dette est inférieure à 60 % du PIB, alors il y a une croissance économique. Cette politique a été suivie pendant des décennies. Mais ce que nous avons finalement en Europe, c'est la stagnation. C'est donc la preuve que ce cadre réglementaire ne fonctionne pas.

Pensez-vous qu'une récession soit proche ? Une nouvelle crise ?

Joseph Stiglitz ; Je ne crois pas à la crise. Cela pourrait arriver, mais je n'y crois pas. Ce que je vois en revanche, c'est un ralentissement significatif. Et on le constate dans toutes les parties du monde. Il y a un ralentissement en Chine, qui était pourtant le moteur de la croissance économique depuis 2008. Il y a un ralentissement aux Etats-Unis. 1,9%, c'est mieux que du négatif, mais c'est loin des 3-4% de croissance que Donald Trump avait promis. Il y a aussi un ralentissement en Allemagne. Donc, selon moi, les problèmes viennent de la guerre commerciale de Trump et du protectionnisme, qui perturbent vraiment l'économie mondiale.

Joseph Stiglitz, économiste et prix Nobel.

Qui bénéficie de ces guerres commerciales ? Trump n'y gagne pas, les Etats-Unis, la Chine et l'Europe non plus. Alors, qui est le gagnant ?

Joseph Stiglitz : Tout le monde est perdant. C'était vraiment une mauvaise idée. Trump a démarré tout ça en disant que ces conflits commerciaux seraient faciles à remporter. Ce n'est pas le cas. Après trois ans de négociations, il n'y a toujours pas d'accord avec la Chine. La seule chose qu'ils envisagent, c'est ce qu'ils appellent un accord de phase 1. Un accord de phase 1, c'est ce qu'un gouvernement "normal" aurait négocié avec la Chine il y a des années. Donc le monde a beaucoup perdu à cause de cette incertitude. Et en réalité, même s'il y avait un accord - que les marchés célébreraient - on sait bien que Trump déchirerait cet accord au moment où ça l'arrangerait.

Parlons maintenant du climat. Nous voyons aujourd'hui toutes les conséquences du dérèglement climatique. Tout le monde parle d'un "Green Deal", mais qui pourrait payer cette transition vers une économie verte, surtout maintenant que l'économie ralentit partout dans le monde?

Joseph Stiglitz : Quand nous avons commencé la Seconde Guerre mondiale, est-ce que quelqu'un a dit: pouvons-nous nous le permettre ? Je ne crois pas que quelqu'un ait dit : "rendons-nous à l'Allemagne, parce que cette guerre va nous coûter trop cher". Eh bien aujourd'hui, nous menons une guerre qui touche à nos existences mêmes, à notre mode de vie. Aux Etats-Unis, nous perdons près de 2 % du PIB chaque année. Il y a les incendies, les inondations, les ouragans, les épisodes de gel... C'est une attaque contre le monde tel que nous le connaissons.

Aujourd'hui, nous menons une guerre qui touche à nos existences mêmes, à notre mode de vie.[...] Il y a les incendies, les inondations, les ouragans, les épisodes de gel. C'est une attaque contre le monde tel que nous le connaissons.
Joseph Stiglitz
économiste

Que proposez-vous répondre à cela ?

Joseph Stiglitz : Deux choses. J'ai présidé une commission internationale avec Lord Stern, et nous avons analysé ce qu'il faudrait faire pour atteindre les objectifs de Paris et de Copenhague, c'est-à-dire, que l'augmentation de la température ne dépasse pas les 1,5 ou 2°C. Dans notre rapport, nous sommes convaincus que nous pouvons y parvenir avec des moyens modestes. Et même, que cela serait bénéfique pour notre économie, que ça la stimulerait. Puisqu'on parle de ralentissement, ces investissements stimuleraient notre économie. Donc l'idée qu'il faille faire des sacrifices pour y parvenir est totalement fausse.

Dernière question : l'année prochaine se tiendront les élections aux Etats-Unis. Qui pourrait battre Donald Trump selon vous ?

Joseph Stiglitz : Tous les candidats démocrates, je pense. Vous savez, tous les sondages prédisent une défaite de Donald Trump.

Pourriez-vous refaire de la politique, si on vous le demandait ?

Joseph Stiglitz : Oui, probablement. Je pense que nous sommes vraiment en période de crise, en Amérique et dans le monde. Donc il faut absolument que l'on réforme la façon dont nos sociétés et notre économie fonctionnent.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.