DERNIERE MINUTE

Climat : il faut réduire de moitié les émissions de CO2 d'ici 2030, selon l'ONU

Climat : il faut réduire de moitié les émissions de CO2 d'ici 2030, selon l'ONU
Taille du texte Aa Aa

Les États doivent redoubler d'efforts pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et éviter ainsi la catastrophe.

La courbe des émissions carbone ne s'inverse pas

Dans son dernier rapport annuel, le Programme des Nations unies (UNEP) pour l'environnement dresse un nouveau constat alarmant sur le climat et encourage les pays à accélérer drastiquement la transition écologique. Car pour l'instant, la courbe des émissions carbone ne s'inverse pas, s'inquiètent les experts.

"Quand on regarde les émissions mondiales, on constate qu'elles continuent à augmenter. Il y a quelques années, nous avions un petit espoir d'une stabilisation des émissions. Mais en 2017 et 2018 - nous n’avons pas encore les chiffres pour l'année 2019 - les émissions de CO2 ont augmenté de l'ordre de 2% l’année dernière. C'est supérieur à la moyenne des dix dernières années", souligne John Christensen, professeur en développement durable.

Pour le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, le défi pour sauver la planète est en train d'être perdu : "Nous sommes dans une course pour nos vies et nous ne gagnons pas."

Des pistes d'action prioritaires

Ce dernier rapport souligne que les États doivent baisser leurs émissions carbone de 7,6 % par an dès l'an prochain et de moitié jusqu'en 2030 pour garder l'espoir de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré par rapport à l'ère pré-industrielle.

L'ONU fixe quelques pistes d'action prioritaires : interdiction des nouvelles centrales à charbon en Chine, développement massif d'un réseau de transport public en Inde ou de nouvelles voitures "zéro émission" d'ici 2030 aux États-Unis.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.