DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Greta Thunberg désignée personnalité de l'année selon le magazine Time

Greta Thunberg à la couverture du magazine Time en tant que Personnalité de l'année
Greta Thunberg à la couverture du magazine Time en tant que Personnalité de l'année   -  
Tous droits réservés
Time magazine
Taille du texte Aa Aa

Après avoir "raté" le prix Nobel de la paix, la militante suédoise Greta Thunberg est devenue mercredi, à 16 ans, la plus jeune "personnalité de l'année" du magazine Time, témoin de sa capacité à mobiliser des millions de personnes à travers le monde autour de la bataille pour le climat.

Jamais le magazine américain, qui décerne ce titre depuis 1927, n'avait honoré quelqu'un d'aussi jeune.

Des vendredis pour la planète à "Comment osez-vous ?"

Depuis qu'elle a commencé en août 2018 à faire grève, seule, tous les vendredis devant le Parlement suédois, "Greta", comme tout le monde l'appelle, a inspiré des foules croissantes de jeunes et de moins jeunes, prêts à descendre dans la rue dans le cadre des #FridaysForFuture afin de réclamer aux dirigeants du monde entier de prendre des mesures radicales pour limiter le réchauffement de la planète.

La démonstration en a été faite en septembre, lorsque des manifestations monstres ont noirci les rues de villes de tous les continents, juste avant un sommet de l'ONU sur le climat.

Lors de ce sommet, l'adolescente était intervenue à la tribune avec un discours cinglant dénonçant l'inaction des puissants de la planète, martelant son discours de "Comment osez-vous?" accusateurs.

Et tançant d'un regard noir le président américain Donald Trump, climato-sceptique qui a fait des Etats-Unis le seul pays de la planète à s'être retiré de l'accord de Paris sur le climat, par lequel les pays s'étaient engagés en 2015 à réduire le réchauffement de la planète à 2°C au maximum.

Cette démonstration fit d'elle la favorite des bookmakers pour le prix Nobel de la paix décerné en octobre. A l'annonce de la remise du prix au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, l'adolescente n'avait montré aucune déception, poursuivant imperturbablement son périple en Amérique du Nord pour alerter sur l_'"urgence climatique"._

Elle a en effet interrompu cette année sa scolarité pour voyager, en privilégiant les moyens de transport zéro carbone, véhicules électriques, trains et bateaux. C'est après 15 jours de traversée de l'Atlantique en voilier qu'elle avait débarqué à New York en août, et c'est sur un autre voilier qu'elle est repartie en novembre pour l'Europe, à chaque fois avec l'aide d'admirateurs bénévoles.

Elle se trouve depuis quelques jours à la conférence sur le climat COP25 de Madrid, où elle dénonce une fois encore le manque de leadership des dirigeants mondiaux, qui tardent à accoucher d'engagements efficaces pour réduire les émissions.

Nombreux détracteurs

Greta Thunberg, qui a dit publiquement souffrir d'une forme légère d'autisme, tient partout le même discours, même si sa frustration semble avoir augmenté ces derniers mois au fil de rencontres avec des dirigeants qui n'ont débouché sur aucun geste radical pour le climat.

Pour ses partisans, cette répétition fait sa force. Mais pour ses détracteurs, nombreux également, elle ne fait que se répéter et ferait mieux de retourner à l'école.

Certains l'attaquent parfois violemment via les réseaux sociaux, la taxant de naïveté, d'exagérer la gravité de la crise climatique ou même de l'inventer, ou encore de chercher le vedettariat.

L'adolescente s'est efforcée de calmer le jeu, invitant notamment les plus de trois millions de personnes qui la suivent sur Twitter à ne réagir aux insultes que par des messages positifs.

Donald Trump, Nancy Pelosi et Megan Rapinoe au tapis

Signe de ses efforts pour rester modeste, elle n'a pas réagi mercredi à sa sélection par Time, qui l'a choisie parmi cinq autres finalistes: Donald Trump, la chef des démocrates au Congrès américain Nancy Pelosi, la star de l'équipe des Etats-Unis féminine de football Megan Rapinoe, l'agent de la CIA qui a averti du coup de téléphone entre Donald Trump et le président ukrainien, à l'origine de procédure en destitution du président, et les manifestants pro-démocratie de Hong Kong.

En 2018, c'est le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué en octobre 2018 au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, qui avait été désigné à titre posthume par le magazine, avec d'autres journalistes symbolisant la quête de la vérité et les risques qu'ils prennent pour l'obtenir.

En 2017, la distinction avait également été remise à titre collectif, aux personnes qui avaient "brisé le silence" face aux agressions sexuelles, déclenchant le mouvement #MeToo à travers le monde.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.