DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

12ème jour de grève en France : vers une poursuite de la mobilisation pendant les fêtes de Noël ?

euronews_icons_loading
12ème jour de grève en France : vers une poursuite de la mobilisation pendant les fêtes de Noël ?
Taille du texte Aa Aa

Semaine chargée pour le gouvernement sur le front des retraites. A la veille d'une nouvelle journée de mobilisation mardi, les transports restaient fortement perturbés ce lundi.

Les négociations entre le gouvernement et les syndicats semblent avancer aussi vite que les opérations escargots prévues aujourd’hui, à l'appel de syndicats du transport et de la logistique.

Des blocages qui laissent présager le pire pour les vacances de Noël. Aucune trêve n'a été décidée pour l'heure. Le gouvernement et les syndicats se renvoient la responsabilité.

Au milieu, se trouvent les usagers, inquiets de ne pas réussir à se déplacer pour Noël dans leurs familles. "Cela risque de faire basculer l'opinion publique dans le rejet de la contestation, si jamais des gens ne peuvent pas se rendre à destination pour Noël", concède cette femme interrogée dans une grande gare parisienne.

La moitié des usagers de la SNCF bloqués ?

La SNCF prépare d'ores et déjà un "plan bis" en cas de prolongation de la grève des cheminots. Les usagers doivent être informés mardi du maintien ou non de leur train pour le weekend prochain, qui marque le début des vacances de Noël.

Mais la direction a déjà prévenu que la moitié des voyageurs pourraient rester sur le carreau. Il va donc falloir trouver des alternatives, comme le covoiturage.

Sortie de crise difficile

La sortie de crise s'annonce difficile. Mardi, les syndicats, dont la CFDT pour la première fois, ont appelé à la grève.

La colère se cristallise sur plusieurs points, dont la fixation de la valeur du point, qui déterminera le montant des pensions, ou encore l'âge pivot, que le gouvernement souhaite mettre en place. En clair, cela signifierait qu'à compter de 2027, il faudra travailler deux ans de plus pour espérer avoir une retraite à taux plein.

En signe d'ouverture, le ministre de l'Education nationale français Jean-Michel Blanquer a avancé dimanche que cette mesure n'était pas un "totem".

De l'ampleur de la mobilisation mardi dépendra aussi la marge de manœuvre des syndicats et du gouvernement pour faire, chacun de leur côté, des concessions.