PUBLICITÉ

Liban : les violences se poursuivent

Liban : les violences se poursuivent
Tous droits réservés 
Par Joanne Massard
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Si les protestations ont débuté en octobre , elles s'intensifient aujourd'hui. Le chef du gouvernement Saad Hariri, démissionnaire, devrait être renommé à ce poste après l'ouverture de nouvelles consultations parlementaire lundi.

C'était au départ un rassemblement pacifique à Beyrouth. Mais si les protestations contre la mauvaise gestion économique de l'élite dirigeante libanaise ont débuté en octobre, elles s'intensifient aujourd'hui.

Le peuple libanais proteste contre une classe dirigeante qu'il juge corrompue et incompétente.

PUBLICITÉ

De nouveaux heurts ont opposé dimanche soir des manifestants libanais aux forces de l'ordre, près du Parlement à Beyrouth, au lendemain de violents affrontements ayant blessé des dizaines de personnes.

Les forces de sécurité libanaises ont tiré des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des canons à eau pour disperser plusieurs centaines de manifestants.

Le chef du gouvernement Saad Hariri, démissionnaire, devait être renommé à ce poste après l'ouverture de nouvelles consultations parlementaire lundi, mais face à ce climat de tensions, elles ont été repoussées.

Mais les manifestants ne veulent pas de lui au pouvoir. Ils exigent un chef de gouvernement indépendant, non affilié aux partis existants.

Ces heurts sont les plus significatifs depuis le début de la mobilisation. Selon la Croix-Rouge et la Défense civile libanaise, les affrontements de la nuit ont fait plus de 130 blessés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une nouvelle ère d'incertitude s'ouvre au Liban

En Géorgie, la loi sur l'influence étrangère polarise la société

No Comment : Les habitants de Nouméa s'unissent pour déblayer les rues