DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Football et racisme : nouvelle polémique en Italie

euronews_icons_loading
Football et racisme : nouvelle polémique en Italie
Tous droits réservés  SNTV
Taille du texte Aa Aa

La décision de la Série A, la ligue de football professionnelle italienne, d'utiliser trois singes pour illustrer une campagne contre le racisme a été vivement critiquée sur les réseaux sociaux. Simone Fugazzotto, l'artiste à l'origine de l'oeuvre s'est expliquée, mettant en avant son style, exclusivement tourné autour de singes.

Pourquoi des singes ? Une initiative contre le racisme et vous utilisez des singes ? Oui, parce qu'à un moment donné, il est impossible de dire aux gens dans un stade qu'il est inconcevable de traiter quelqu'un de singe juste parce qu'il est noir. J'ai pensé que, peut-être, je leur apprendrai que nous sommes tous des singes, que nous inversons le concept.
Simone Fugazzotto
Artiste

Les clubs professionnels ont immédiatement réagi. L'AS Rome a fait part de sa surprise en opposant la volonté, louable, de combattre le racisme exprimée par la ligue à la forme utilisée.

Le Milan AC a insisté sur le fait de ne pas avoir été consulté avant le lancement de cette campagne.

Début décembre, le Corriere dello Sport, avait été vivement critiqué pour sa Une "Black Friday" accompagnée Romelu Lukaku et Chris Smalling, deux joueurs de couleurs. Le quotidien s'était défendu en expliquant qu'il souhaitait souligner les bonnes performances des joueurs par rapport à leur prix sur le marché.

Autre victime récurrente, Mario Balotelli. Revenu en Série A cette année, l'attaquant de Brescia est une cible privilégiée des supporteurs racistes. Fin novembre, son propre président s'était illustré en réagissant sur la méforme de son attaquant : "Qu'est-ce que je dois vous dire à propos de Balotelli ? Qu'il est noir, qu'il essaye de s'éclaircir et qu'il a de grandes difficultés". Il s'était ensuite expliqué à la chaîne de télévision locale Teletutto : "La sortie a été instrumentalisée. J’ai simplement essayé de minimiser son cas. Je fais des blagues à tous les joueurs".

Le mois dernier, les 20 clubs de la première division italienne ont signé une lettre ouverte appelant "tous ceux qui aiment le football italien" à s'unir pour tenter d'éradiquer ce "grave problème".