DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La Bolivie bloque le passage de diplomates espagnols à l'ambassade du Mexique

euronews_icons_loading
La Bolivie bloque le passage de diplomates espagnols à l'ambassade du Mexique
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

La Bolivie a affirmé vendredi avoir empêché l'entrée de diplomates espagnols, accompagnés de personnels de sécurité encagoulés et apparemment armés, à l'ambassade du Mexique, où sont réfugiés une dizaine de fonctionnaires de l'ancien gouvernement d'Evo Morales.

"Des personnes identifiées comme des fonctionnaires de l'ambassade d'Espagne en Bolivie, accompagnées d'hommes cagoulés, ont tenté d'entrer subrepticement et clandestinement dans la représentation diplomatique mexicaine de La Paz", a déclaré la ministre des affaires étrangères bolivienne, Karen Longaric, sans toutefois préciser si cette opération visait à exfiltrer les partisans d'Evo Morales.

L'incident s'est produit vendredi matin lorsque des membres du personnel diplomatique, accompagnés d'autres personnes aux visages masqués, ont tenté de forcer une barrière de sécurité de la police bolivienne autour de l'ambassade mexicaine, qui leur empêchait l'entrée dans le bâtiment, selon la cheffe de la diplomatie bolivienne, lors d'une conférence de presse.

Cette dernière a souligné que les personnels diplomatique et de sécurité de l'ambassade d'Espagne en Bolivie ne sont pas autorisés à porter des armes à feu, ni des vêtements dissimulant leur identité, des actes qui "contreviennent aux pratiques diplomatiques" en vigueur, selon elle.

"Nous saurons donner une réponse à une telle infraction"

Interrogée au sujet d'un possible plan de fuite mise en place par des Espagnols et des Mexicains, la ministre a déclaré que que des investigations étaient en cours et témoigné de sa surprise face à la présence de citoyens espagnols. Auquel cas, "nous saurons donner une réponse à une telle infraction contre la souveraineté de la Bolivie", a-t-elle averti.

L'ambassade du Mexique à La Paz abrite une douzaine d'anciens fonctionnaires du gouvernement Morales, qui ont démissionné le 10 novembre, dans la foulée de leur président Evo Morales, lâché par l'armée après trois semaines de violentes manifestations.

Parmi les demandeurs d'asile figurent l'ex-ministre à la Présidence, Juan Ramon Quintanan et l'ex-ministre de la culture Wilma Alanoca qui, comme leur président, sont sous le coup d'un mandat d'arrêt émis par le parquet en Bolivie, dans le cadre d'une enquête pour sédition et terrorisme.

Avant cet incident, le Mexique avait exprimé à plusieurs reprises sa crainte que le gouvernement bolivien en exercice n'entre de force dans son ambassade pour arrêter les personnes réfugiées dans son ambassade.

Les relations entre les deux pays se sont tendues depuis que le Mexique a accueilli un temps l'ancien président Evo Morales, avant qu'il ne soit accueilli en Argentine par gouvernement du président péroniste de centre-gauche Alberto Fernandez.