DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Emmanuel Macron, Vladimir Poutine, Angela Merkel : tour d'horizon des vœux pour 2020

Emmanuel Macron, Vladimir Poutine, Angela Merkel : tour d'horizon des vœux pour 2020
Tous droits réservés
Photo AP, all rights reserved
Taille du texte Aa Aa

C'est une tradition : à la table du réveillon du Nouvel An, le 31 décembre, s'invitent le temps de quelques minutes nos dirigeants.

Les chefs d'Etat et de gouvernement ont adressé leurs meilleurs vœux, et en ont profité pour glisser quelques messages politiques, après une année 2019 chargée sur le front international, comme sur le plan intérieur.

À Moscou, le président russe Vladimir Poutine, qui succéda à Boris Eltsine il y a 20 ans jour pour jour, a appelé à l'unité de toute la nation.

"Nous vivons à une époque dynamique, turbulente et polémique, mais nous pouvons et devons tout faire pour que la Russie se développe avec succès et pour que tout dans notre vie ne change que pour le mieux", a déclaré Vladimir Poutine.

A Berlin, la chancelière Angela Merkel a quant à elle évoqué le changement climatique, après une année 2019 marquée par de très nombreuses manifestations pour le climat à travers le monde.

"J'ai 65 ans, et je suis à un âge où je ne subirai plus personnellement toutes les conséquences du changement climatique qui se produiront si les politiciens n'agissent pas", a déclaré Angela Merkel. "Le réchauffement de notre planète est réel, il est menaçant. Et les crises qui en résultent sont d'origine humaine."

Engagement pour le climat

A l'image des Champs Elysées, la France s'est retrouvée en alerte rouge en matière de conflits sociaux cette année. Après les Gilets jaunes pour ses vœux de l'an dernier, la grève historique contre la réforme des retraites a bien sûr pris une place importante du discours d'Emmanuel Macron, comme nous vous le rapportions dès hier soir.

Mais le président français s'est lui aussi exprimé sur le climat, disant "attendre beaucoup" de la Convention citoyenne pour le Climat, qui réunit 150 citoyens tirés au sort.

"Il nous reviendra au printemps prochain d'affirmer des choix nouveaux et forts, une stratégie sur plusieurs années pour réduire nos émissions de gaz à effets de serre, et ainsi lutter contre le réchauffement climatique, mais aussi pour œuvrer en faveur de la biodiversité", a-t-il dit.

"Vous n'avez pas attendu le gouvernement pour vous engager en la matière.Vous êtes à l'avant-garde de tous ces combats au quotidien à travers vos choix en matière d'alimentation mais aussi par des gestes simples que vous pratiquez", a-t-il ajouté, alors que le président a été accusé au cours de nombreuses manifestations pour le climat en 2019 d'"inaction".

Enfin, pour conclure ce tour d'horizon européen, direction Rome, où la coalition au pouvoir reste fragile. Le président italien Sergio Mattarella a lui décidé de placer la lutte pour la protection de la planète sous un jour positif.

"Le changement climatique est un défi sérieux, nous ne pouvons pas prendre plus de retard pour tenter de le résoudre", a-t-il déclaré. "Les choix climatiques sont non seulement nécessaires pour défendre les générations futures, mais ils sont aussi une opportunité importante pour le développement, l'emploi et la créativité, reliant la recherche et l'industrie. "

Des déclarations que les défenseurs de l'environnement espèrent voir se convertir en actes, dès 2020.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.