DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les chercheurs du projet Resyntex veulent optimiser le recyclage des textiles

euronews_icons_loading
Les chercheurs du projet Resyntex veulent optimiser le recyclage des textiles
Taille du texte Aa Aa

Près de 8 millions de tonnes de déchets textiles sont produits chaque année dans l'Union Européenne. Des vêtements usés bien sûr, mais aussi des draps, des tapis, des rideaux, des revêtements, et bien d'autres. Seuls 20% de ces déchets sont recyclés. Le reste finit dans des décharges, ou est incinéré.

Comment changer cette situation ? Des chercheurs européens du projet Resyntex ont conçu et construit une usine pilote, à Maribor en Slovénie, pour tenter de trouver des réponses.

Dans cette ville de 111 000 habitants, près de 400 tonnes de déchets textiles sont récoltés chaque année, et seul un petit pourcentage de ce total est recyclé, selon les ingénieurs en environnement de la région.

La raison : les textiles sont des matériaux très transformés, ce qui rend leur recyclage particulièrement difficile, comme l'explique Mojca Poberznik, ingénieure en environnement à l'Institut pour la protection de l'environnement et les capteurs (IOS) : "Comme nous le savons, les textiles sont teints. On leur ajoute également des matériaux chimiques auxiliaires, et ils ont souvent une finition pour les rendre imperméables. Ils sont de plus composés de nombreux matériaux, comme du métal ou du plastique."

Les scientifiques de ce projet européen ont toutefois choisi de relever le défi. Dans l'usine expérimentale, trois réacteurs transforment les vêtements usagés en matières premières secondaires, débarrassées de combustibles fossiles.

Une fois triés, les textiles comme la laine, le coton ou le polyester sont soumis à des processus personnalisés comprenant la décoloration, la dépolymérisation biochimique et un traitement à base d'hydrolyse.

"C'est vraiment important que les déchets que nous utilisons comme matière première pour créer de nouvelles matières premières secondaires, soient vraiment bien triés. Plus la matière entrante est pure, plus le résultat sera de bonne qualité", indique Mojca Poberznik.

Photo Julian Gomez, Euronews.

Le produit final dépend également de la nature du déchet textile primaire. A partir du polyester par exemple, les chercheurs ont pu recréer des acides, qui pourront être utilisés pour produire du plastique. Mais ce n'est pas tout, comme l'explique Aleksandra Lobnik, professeure d'ingénierie environnementale à l'Université de Maribor. "Avec le coton par exemple, nous avons extrait du jus de glucose qui a été transféré dans du bioéthanol. Avec la laine, nous avons obtenu des protéines qui peuvent être utilisées comme résines, à la place des résines toxiques de formaldéhyde, utilisées actuellement dans les panneaux de bois."

Ce travail de laboratoire a pour objectif d'améliorer le processus de recyclage, qui requiert des mélanges biochimiques ainsi que des pressions et des températures élevées. Ces recherches doivent aider à trouver les meilleures recettes pour obtenir les résultats les plus purs.

"Nous devons obtenir un matériau final de la même qualité que les matériaux obtenus à partir de combustibles fossiles. C'est une étape très importante, nous devons garantir cette même qualité dans les matériaux", précise Julija Volmajer Valh, chimiste à l'Université de Maribor.

Les chercheurs pensent que cette technologie pourrait être utilisée pour d'autres déchets, afin de favoriser l'économie circulaire.

"Nous étendons notre technologie aux plastiques, comme les polyéthylènes utilisés pour les bouteilles, par exemple, indique Mojca Poberznik. Nous allons aussi essayer de dégrader les matériaux d'emballage en cellulose, qui représentent également un gros problème environnemental."

Avec leur travail, les scientifiques de Maribor espèrent sensibiliser le le public européen aux enjeux économiques et environnementaux du tri et du recyclage des textiles.

Photo Julian Gomez, Euronews.