DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Crash d'un Boeing 737 en Iran : le point sur l'enquête

Crash d'un Boeing 737 en Iran : le point sur l'enquête
Tous droits réservés
Euronews
Taille du texte Aa Aa

Alors que les boîtes noires de l'appareil ont été récupérées, aucune piste n'est pour l'heure exclue selon le premier ministre canadien Justin Trudeau, qui a rendu hommage aux victimes du crash.

Aucune piste n'est exclue après le crash d'un Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines en Iran. C'est la position exprimée par le premier ministre canadien Justin Trudeau, alors que son pays est particulièrement endeuillé. Sur les 176 passagers tués "au moins" 63 étaient Canadiens.

L’avion avait décollé mercredi matin de l'aéroport de Téhéran en direction de celui de Kiev, avant de disparaître des radars deux minutes après.

L'enquête pour déterminer les circonstances du crash est en cours : les boîtes noires de l'appareil ont été récupérées. Mais Téhéran refuse de les livrer au constructeur américain de l'appareil, Boeing.

Hommage aux victimes

Au Canada, Justin Trudeau a souhaité avant tout rendre hommage aux victimes, parmi lesquelles figurent des familles et des étudiants.

"Aujourd'hui, nous nous concentrons sur les nombreuses, nombreuses familles qui sont en deuil. Et dans les jours et les semaines à venir, nous nous concentrerons sur les réponses aux questions qu'elles ont, et que nous avons tous, sur les circonstances de ce crash", a expliqué Justin Trudeau.

Selon la diplomatie ukrainienne, se trouvaient également à bord du Boeing 82 Iraniens, dix Suédois, quatre Afghans et trois Britanniques. Onze autres étaient Ukrainiens, dont les neuf membres d'équipage. D'après la liste des passagers du vol, au moins 25 d'entre eux avaient moins de 18 ans.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.