EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Les Européens veulent sauver l'accord sur le nucléaire iranien

Archives : la centrale nucléaire Bouchehr, dans le sud de l'Iran, le 20 août 2010
Archives : la centrale nucléaire Bouchehr, dans le sud de l'Iran, le 20 août 2010 Tous droits réservés ATTA KENARE / AFP
Tous droits réservés ATTA KENARE / AFP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les trois pays européens co-signataires ont annoncé dans un communiqué ce jeudi le déclenchement du mécanisme de règlement des différends.

PUBLICITÉ

Comment ramener l'Iran dans le giron de l'accord sur le nucléaire iranien ? C'est la délicate problématique auxquels sont confrontés les trois signataires européens : la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne.

Les trois pays ont annoncé dans un communiqué ce jeudi le déclenchement du mécanisme de règlement des différends pour contraindre Téhéran à revenir à ses engagements.

Prévu par le texte signé en 2015 et dont les Etats-Unis se sont retirés en 2018, ce mécanisme prévoit noir sur blanc la possibilité de revenir au rétablissement des sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU contre Téhéran.

Le chef de la diplomatie Josep Borell affirme, lui, ne pas vouloir en arriver là.

"Le mécanisme de règlement des différends n'a pas pour objectif de réimposer des sanctions. Il a pour objectif de résoudre les problèmes liés à la mise en oeuvre de l'accord . Je pense qu'il doit être clair que l'objectif est donc de trouver des solutions et de revenir au plein respect des engagements de l'accord."

FREDERICK FLORIN / AFP
Josep Borell, le haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, au Parlement européen à Strasbourg le 14 janvier 2020.FREDERICK FLORIN / AFP

Les Européens veulent donc préserver l'accord et ne pas "se joindre aux opérations de pression maximale sur l'Iran", en référence aux Etats-Unis.

Et si la solution était de faire table rase de l'accord pour en créer un nouveau ? C'est l'idée qui avait été émise par Donald Trump, et qui a reçu le soutien du premier ministre britannique Boris Johnson ce mardi. Reste à savoir en quoi serait-il plus concluant que le premier accord.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Nos inspecteurs poursuivent leurs activités en Iran" (AIEA)

Le PPE ne cherchera pas à conclure un accord avec Giorgia Meloni, selon les chrétiens-démocrates

Les Européens votent ce samedi dans plusieurs pays avant la grande mobilisation de dimanche