DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'OMS surveille de près le nouveau coronavirus chinois

L'OMS surveille de près le nouveau coronavirus chinois
Tous droits réservés
AFP vidéo
Taille du texte Aa Aa

L'organisation mondiale de la santé surveille de près le nouveau coronavirus identifié en Chine. 41 cas ont été signalés dans la ville de Wuhan, un patient en est mort, sept ont été guéris, et un cas a été découvert en Thaïlande.

Maria Van Kerkhove, épidémiologiste à l'OMS :

"Nous n'en sommes qu'au début de notre enquête, nous essayons d'évaluer comment les individus ont été infectés. Comme c'est un virus pathogène respiratoire, nous ne serions pas surpris qu'il y ait une transmission limitée d'humain à humain."

L'homme qui en est mort avait d'autres problèmes de santé. La plupart des cas ont été détectés sur un marché de fruits de mer en gros de Wuhan. La Chinoise de 61 ans qui a été hospitalisée le 13 janvier en Thaïlande ne s'y était pas rendue, mais avait fréquenté un plus petit marché local de fruits de mer. Ces marchés ont été fermés et désinfectés depuis.

Les coronavirus sont transmis entre les animaux et les humains. Aucun nouveau cas n'a été signalé en Chine depuis le 3 janvier. Mais la prudence reste de mise. 700 personnes ont été en contacts étroits avec les personnes contaminées. La plupart sont toujours en quarantaine, une période d'observation de 14 jours établie par les autorités chinoises.

Jusqu'à présent, l'OMS n'a pas émis d'alertes sur les visites à Wuhan ni établi un comité d'urgence pour cette maladie.

Les laboratoires chinois ont déjà séquencé le génome du coronavirus et fourni ces données à la communauté sanitaire mondiale pour aider à diagnostiquer d'éventuels cas en dehors du pays.

Cette flambée a suscité l'inquiétude en rappelant la situation de 2003, lorsque le SRAS s'est propagé dans le pays, causant un total de 646 décès (813 dans le monde), selon les données de l'OMS.

Les symptômes décrits jusqu'à présent pour la pneumonie de Wuhan sont la fièvre et la fatigue, accompagnées d'une toux sèche et, dans de nombreux cas, d'une difficulté à respirer.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.