DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Faire sonner Big Ben le jour du Brexit ? Vive polémique, chaque "bong" coûterait 60 000 €

The Big Ben bell is due to sound the hour for the last time at noon on Aug. 21, 2017. File Thursday, August 3, 2017.
The Big Ben bell is due to sound the hour for the last time at noon on Aug. 21, 2017. File Thursday, August 3, 2017.   -   Tous droits réservés  AP Photo/Caroline Spiezio   -   Caroline Spiezio
Taille du texte Aa Aa

Si les partisans les plus passionnés du Brexit vont jusqu'au bout de leur idée folle, ils risquent de se faire sonner les cloches ! Le nouveau débat qui agite et divise les Britanniques - au risque de passer pour des excentriques aux yeux des autres Européens - est effectivement de savoir si oui ou non il faut faire sonner Big Ben le jour officiel de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le 31 janvier prochain à minuit. Cette initiative pourrait coûter très très cher au gouvernement, et donc aux contribuables...

Laisser sonner Big Ben coûterait 585 000 €

Et la polémique est sérieuse, entretenue par la classe politique. Le Parlement a même voté mardi dernier afin de trancher. Les députés ont finalement rejeté la proposition car avec le gros chantier actuel, qui doit permettre à Big Ben de se refaire une beauté, les coups sonnés par la plus célèbre cloche du monde entraîneraient des coûts estimés à 500 000 livres, ce qui fait 585 000 en euros. Le président de la Chambre des Communes, Lindsay Hoyle, a fait ses petits calculs : chaque "bong" reviendrait à environ 60 000 euros.

Mais le Premier ministre britannique, Boris Johnson, est têtu, et tellement attaché au Brexit qu'il a proposé de lancer une souscription publique. Plusieurs élus de son parti conservateur lui ont emboîté le pas, recevant des promesses de donateurs; 150 000 livres auraient déjà été récoltées.

Et certains journaux s'en mêlent, apportant leur soutien, comme le Daily Express qui a écrit à la Une :

Big Ben doit retentir pour le Brexit !

Un bourdon normalement réduit au silence depuis plus de deux ans

Les mêmes médias eurosceptiques accusent les anti-Brexit d'avoir gonflé exprès le coût de l'éventuelle opération afin de persuader l'opinion publique britannique qu'il s'agit d'une folie, alors que la bonne vieille Big Ben, âgée de 160 ans, a bien retenti le 1er janvier dernier, pour fêter le Nouvel An. C'était exceptionnel puisqu'en raison des travaux de restauration, le bourdon londonien vit depuis plus de deux ans dans le silence, blotti dans sa tour qui domine le Palais de Wesminster.

Les humoristes et caricaturistes se sont bien sûr emparés du sujet :

Le gouvernement sait toutefois qu'il n'a aucun intérêt à faire du triomphalisme, même symbolique, lors du grand saut dans le Brexit le 31 janvier, tandis que le pays reste déchiré sur la question. Dans le camp pro-européen, Patrick Grady, député du Parti national écossais, a d'ailleurs rappelé que :

Pour beaucoup de monde, ce ne sera pas un moment de joie

Les sonneurs de cloches de tout le royaume ont aussi leur mot à dire. Leur porte-parole, Vicki Chapman, a conclu :

On ne cautionne pas l'idée de faire sonner pour des raisons politiques