Pour les 50 ans de Davos et son ouverture officielle, Ursula Von der Leyen a pris la parole

Ursula von der Leyen, présidente de la commission européenne
Ursula von der Leyen, présidente de la commission européenne Tous droits réservés Gian Ehrenzeller/Keystone via APGIAN EHRENZELLER
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Hommage appuyé de la présidente de la commission européenne : "Davos est le lieu où des dirigeants qui ne se parleraient même pas, s'engagent dans des débats. Davos est le lieu où les conflits sont évités, où les affaires sont lancées, où les litiges sont résolus."

PUBLICITÉ

Le coup d'envoi du Forum économique mondial de Davos a été donné en musique dans la station suisse des Grisons. Le thème de cette rencontre au sommet cette année, "Partenaires pour un monde solidaire et durable".

L'invitée principale de la soirée, la présidente de la commission européenne, Ursula Von der Leyen a donné sa vision du forum économique :

"Davos est le lieu où des dirigeants qui ne se parleraient même pas, s'engagent dans des débats. Davos est le lieu où les conflits sont évités, où les affaires sont lancées, où les litiges sont résolus".

Le réchauffement climatique sera au cœur de nombreuses réunions à venir, des activistes de tout bord sont déjà présents depuis plusieurs jours, notre journaliste sur place, Isabelle Kumar a demandé à Guy Shone, analyste du milieu des affaires ce que recherchent ces défenseurs du climat ici :

"L'une des choses qui frustrent les militants est ce qui se passe maintenant ... Nous allons donc entendre Greta Thunberg cette semaine et d'autres militants. Ils cherchent à connaître et à avoir leur mot à dire sur les niveaux d'investissement dans l'exploration des combustibles fossiles, par exemple, des choses qui peuvent être convenues maintenant plutôt que toujours différer dans l'avenir."

Changement climatique et développement durable sont donc à l'ordre du jour, tout comme la manière de s'assurer que la révolution technologique ne crée pas de conditions socialement injustes et n'aggrave pas les conflits internationaux. Les débats à venir s'annoncent comme primordiaux.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le "Self Portrait" de Vincent Van Gogh authentifié

Énergies renouvelables : un vent nouveau souffle sur le secteur éolien en Grèce

"L'intégration européenne doit se poursuivre", selon le vice-chancelier allemand Robert Habeck