DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Taxe GAFAM : un début d'accalmie entre Emmanuel Macron et Donald Trump ?

euronews_icons_loading
Taxe GAFAM : un début d'accalmie entre Emmanuel Macron et Donald Trump ?
Tous droits réservés  x
Taille du texte Aa Aa

La menace de sanctions américaines sur les produits français s'éloigne, du moins pour l'instant. Emmanuel Macron et Donald Trump se sont mis d'accord pour prolonger les discussions sur la taxation des géants du numérique jusqu'à la fin de l'année.

Cette taxe GAFAM, en référence à Google, Amazon, Facebook, Apple et Miscrosoft, vise depuis le 1er janvier 2019 les grandes entreprises du numérique à hauteur de 3% de leur chiffre d'affaires.

Des géants basés à l'étranger, et accusés d'utiliser l'optimisation fiscale pour payer moins d'impôts. La taxe suscite l'ire de Washington. En retour, Donald Trump avait menacé de taxer l'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français.

Selon le ministre de l'Economie français Bruno Le Maire, les géants du numérique payent 14 points d'impôts de moins que les PME européennes. Le ministre et son homologue américain doivent se rencontrer mercredi lors du Forum économique de Davos en Suisse.

Bruno Le Maire, ministre français des Finances, a dit mardi espérer une solution définitive "d'ici fin 2020" au niveau international pour taxer les géants du numérique, après l'accord entre les présidents américain et français de prolonger les négociations.

"Macron et Trump ont eu une discussion très constructive (...) et ils sont convenus d'éviter toute escalade entre les USA et la France sur cette question de la taxation digitale", a déclaré M. Le Maire, en arrivant à une réunion des ministres européens des Finances à Bruxelles.

"C'est une bonne nouvelle (...). J'ai eu hier (mon homologue américain Steven, ndlr) Mnuchin au téléphone, nous continuons à travailler, nos équipes techniques sont en contact jour et nuit pour travailler sur une solution", a-t-il ajouté.

Quant à savoir si la taxe GAFAM est suspendue, Bruno Le Maire élude et souhaite "ne pas rentrer dans les détails de la négociation".