EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

La fin du monde se rapproche : l'horloge de l'apocalypse réglée à 100 secondes avant minuit

La fin du monde se rapproche : l'horloge de l'apocalypse réglée à 100 secondes avant minuit
Tous droits réservés EVA HAMBACH / AFP
Tous droits réservés EVA HAMBACH / AFP
Par Julien Pavy avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Créée après la Seconde Guerre mondiale, cette horloge symbolique simule l'extinction de l'humanité, en fonction de plusieurs facteurs. Cette année, les experts ont pris en compte les menaces liées au réchauffement climatique et aux tensions autour du nucléaire.

PUBLICITÉ

La fin du monde se rapproche à en croire l'horloge de l'apocalypse qui affiche désormais 100 secondes avant minuit.

Créée après la Seconde Guerre mondiale, cette horloge symbolique simule l'extinction de l'humanité, en fonction de plusieurs facteurs. Cette année, les experts ont pris en compte les menaces liées au réchauffement climatique et aux tensions autour du nucléaire.

Le monde doit se réveiller. Notre planète est confrontée à deux menaces existentielles : la crise climatique et les armes nucléaires. Le temps presse.
Mary Robinson
Présidente du groupe des Anciens et ex-présidente irlandaise

Le regain de tension entre les États-Unis et l'Iran, suite à l'assassinat du général Soleimani, alimente les inquiétudes et pourrait pousser le régime iranien à tourner définitivement le dos à ses engagements en matière de nucléaire.

Autre région sensible, la Corée du Nord, où le groupe d'experts note l'absence d'avancée, depuis la rencontre entre Donald Trump et Kim Jung-Un. La dénucléarisation promise de la péninsule coréenne n'a pas eu lieu.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Course aux implants cérébraux : le premier test de Neuralink

Les Etats-Unis autorisent la vente de viande de poulet cultivée en laboratoire

Les scientifiques de l’UE demandent de consacrer 3 % du PIB à la recherche