EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Les Suisses, divisés, s'expriment sur la lutte contre l'homophobie dimanche

suisse
suisse Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dimanche les Suisses s'expriment sur la lutte contre l'homophobie : il s'agit de renforcer la loi et criminaliser les atteintes homophobes en public et sur les réseaux sociaux.

PUBLICITÉ

Jean-Pierre Sigrist ira voter ce week-end. Ce Genevois est homosexuel, et le référendum sur lequel il va falloir s'exprimer renforcera la lutte contre l'homophobie :

"La réalité est que spécifiquement, nous sommes encore très souvent mal vus voire, quand je dis mal vus, c'est un euphémisme, voire non-acceptés", dit Jean-Pierre.

Dimanche, les Suisses vont pouvoir renforcer une loi de 1995, qui sanctionnera l'homophobie comme le racisme.

Si la loi n'interdira pas les discussions entre amis, ou les débats publics, elle punira les déclarations homophobes faites dans l'espace public ou les réseaux sociaux. Pour l'opposant du parti UDC Eric Bertinat, , le projet de loi va censurer la liberté d'expression, mais pas seulement :

"Le projet de loi s'inscrit dans un véritable programme LGBT pour petit à petit en arriver au mariage pour tous, en arriver à la PMA, pouvoir avoir recours à tout ce que la science peut offrir en matière de faiseurs d'enfants."

En Suisse le mariage homosexuel n'existe pas encore mais sera en discussion ce printemps. Jean Pierre, 71 ans, qui milite pour la cause homosexuelle, aurait aimé que le référendum de dimanche prochain ait eu lieu plus tôt.

"Ce que ça aurait changé pour moi, dit Jean-Pierre, je pense que peut-être je ne me serais pas fait tabasser il y a de ça quarante ans en arrière à la sortie d'un bar genevois et que moi portant plainte, on ne m'aurait pas ri au nez."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouvelle-Calédonie : les habitants craignent des pénuries

Une progression de l’extrême droite dans l’UE inquiète la communauté LGBTQIA+

Loi anti LGBTQ en Irak : Bruxelles et Washington s'inquiètent