DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Brésil : São Paulo sous les eaux, la région paralysée

euronews_icons_loading
Brésil : São Paulo sous les eaux, la région paralysée
Tous droits réservés
-
Taille du texte Aa Aa

Le sud-est du Brésil est victime d'importantes précipitations qui paralyse São Paulo et sa région. Entre dimanche et lundi, il est tombé 83 % des normales du mois de février, du jamais-vu depuis 37 ans.

Dans cette ville de 12 millions d'habitants, la plus peuplée du pays, les pompiers ont d'ores et déjà dénombré 7 600 appels d'urgence.

AP Photo/Andre Penner
Une voiture immergée dans les rues de São PauloAP Photo/Andre PennerAndre Penner

Tout juste secouru par un homme, une habitante témoigne : "La voiture flottait, et je me suis dit : "On va mourir ici". Mais j'ai vu un jeune homme, William, venir avec une moto et je lui ai demandé "elle fonctionne ?". Il m'a dit non, elle ne fonctionne plus mais je la pousse parce que je veux vous sauver tous les deux. Alors je suis sorti par la fenêtre. Il m'a aidé. Ça fait plaisir d'avoir des personnes comme lui parce que, sinon, nous serions morts".

Le Tieté et le Pinheros, deux des cours d'eau les plus pollués du Brésil, sont sortis de leur lit. Plusieurs quartiers sont depuis totalement inondés, les aéroports et les gares ont dû suspendre les départs, et 43 écoles ont fermé leurs portes.

La Fédération de Commerce de São Paulo a fait état de 110 millions de reals de perte, soit environ 23,3 millions d'euros.

Le maire de la ville, Bruno Covas, a annoncé qu'un comité de crise a été mis en place pour tenter de limiter les dégâts. Il a également expliqué que la municipalité a débuté le travail de nettoyage dans les zones qui le permettait.

AP Photo/Andre Penner
Deux hommes aident une dame à traverser la rue à São PauloAP Photo/Andre PennerAndre Penner

Un homme de 33 ans, disparu samedi, a été retrouvé lundi par les pompiers. Si, pour le moment, il s'agit de la seule victime, le bilan pourrait s'alourdir dans les prochains jours, les pluies devraient se poursuivre, au moins jusqu'à vendredi.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.