DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Italie : Salvini renvoyé en justice par le Sénat italien

euronews_icons_loading
Matteo Salvini, lors d'une séance du Sénat italien à Rome le 12 février 2020.
Matteo Salvini, lors d'une séance du Sénat italien à Rome le 12 février 2020.   -   Tous droits réservés  Roberto Monaldo/Lapresse via AP
Taille du texte Aa Aa

Le Sénat italien a autorisé mercredi le renvoi en justice de Matteo Salvini, chef de l'extrême droite, accusé de séquestration de personnes pour avoir bloqué un bateau de migrants au large de la Sicile quand il était ministre de l'Intérieur.

C'est le dernier épisode d'un feuilleton à rebondissements, mais le symbole politique est fort. Matteo Salvini, ancien ministre italien de l'Intérieur et sénateur vient de perdre son immunité parlementaire. Le Sénat la lui a retirée, ouvrant la voie à un éventuel procès. Mais ce sera à la justice de le décider.

Un tribunal de Catane (Sicile) accuse Matteo Salvini "d'abus de pouvoir et de séquestration de personnes" pour avoir bloqué l'été dernier durant plusieurs jours 116 migrants à bord d'un navire des gardes-côtes italiens, le Gregoretti.

Le 25 juillet 2019, jour où plus de 110 personnes avaient disparu dans un naufrage au large de la Libye, le navire militaire Gregoretti avait pris à son bord 140 migrants, partis des côtes libyennes quelques jours auparavant sur deux embarcations et secourus par des garde-côtes italiens.

Des migrants avaient pu être évacués pour raisons médicales mais 116 autres étaient restés sur le navire près d'une semaine, faute d'autorisation de débarquer de Matteo Salvini, alors ministre de l'Intérieur. Un choix qu'il continue d'assumer aujourd'hui.

"En tant que ministre, en tant qu'homme, en tant qu'Italien, combattre les trafiquants d'êtres humains, défendre nos frontières et notre sécurité, défendre la fierté et la dignité de mon pays, protéger les Italiens des migrants illégaux n'était pas un droit, mais un devoir", a-t-il déclaré. "Lorsque le procès aura lieu, je dirai que ce que j'ai fait est quelque chose dont je suis fier et non un crime."

En cas de procès, Matteo Salvini encourrait 15 ans de réclusion.

Quel avenir politique ?

En juin 2019, peu avant le blocage du navire, Matteo Salvini avait fait adopter une loi renforçant ses pouvoirs pour "limiter et interdire l'entrée, le transit ou l'arrêt des navires dans les eaux territoriales".

Mais les soucis de Matteo Salvini ne s'arrêtent pas à ce cas précis. Une Commission du Sénat devra statuer, le 27 février, sur une autre demande de renvoi en justice concernant cette fois le navire humanitaire Open Arms, bloqué mi-août 2019 pendant plusieurs jours, sur ordre de l'ancien ministre de l'intérieur.

"Le désir de Matteo Salvini de retourner dans l'arène politique a été satisfait grâce à ce vote. Mais qu'est-ce que cela signifie pour l'avenir politique du leader de la Ligue du nord ? Cette décision du Sénat survient en effet juste après la défaite politique de son parti lors des élections régionales en Émilie-Romagne", explique Giorgia Orlandi, la correspondante d'euronews à Rome.