EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les amendes et l'A400M plombent les résultats d'Airbus en 2019

Les amendes et l'A400M plombent les résultats d'Airbus en 2019
Tous droits réservés Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved.Francois Mori
Tous droits réservés Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved.
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des pénalités et des difficultés liées à l'A400M plombent les résultats d'Airbus en 2019. L'avionneur annonce une perte nette d'1,36 milliard d'euros.

PUBLICITÉ

L'année 2019 fut mouvementée pour Airbus. L'avionneur a fait face à "des défis importants" d'après son PDG Guillaume Faury. Malgré des livraisons record d'appareils, l'entreprise a vu ses résultats plombés à cause de pénalités payées par le groupe, pour stopper des enquêtes anti-corruption ouvertes en France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

3,6 milliards d'euros de pénalités

"Nous avons convenu de payer des amendes de 3,6 milliards d'euros, plus les intérêts et les frais" a indiqué Guillaume Faury. "C'est le prix à payer pour tourner la page de ces anciennes pratiques et aller de l'avant" a-t-il ajouté.

À ces pénalités s'ajoutent des dépenses imprévues dans le développement de l'avion militaire A400M, s'élevant à 1,2 milliard d'euros. Malgré une année 2019 positive, avec un résultat opérationnel de 6,9 milliards d'euros, ces charges ont engendré une perte nette de 1,36 milliard d’euros.

Des difficultés pour l'A400M

Airbus a livré quatorze de ses avions A400M l'année dernière. Mais le programme est freiné par plusieurs défis, dont l'interdiction des exportations de l'Allemagne vers l'Arabie saoudite. "Globalement, les pénalités et cette nouvelle charge sur l'A400M ont entraîné des pertes pour 2019, et cela aura un impact sur notre flux de trésorerie disponible en 2020. Bien sûr, nous ne pouvons pas être satisfaits de cela" explique Guillaume Faury. 

Pour 2020, le groupe prévoit de se concentrer sur les améliorations opérationnelles et la réduction des coûts. L'avionneur espère également que les États-Unis et l'Union Européenne vont parvenir à résoudre leurs querelles commerciales qui pourraient potentiellement endommager davantage l'industrie aéronautique des deux côtés de l'Atlantique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Corruption : amende record de 3, 6 milliards d'euros pour Airbus

Un nouveau cas de turbulence, 12 blessés sur un vol entre Qatar et Dublin

Iran : la mort de Raïssi n'entraînera aucune "perturbation" dans le pays