DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Saint-Valentin : fleurs sous surveillance en Colombie à cause du narcotrafic

euronews_icons_loading
Saint-Valentin : fleurs sous surveillance en Colombie à cause du narcotrafic
Tous droits réservés
Photo : Santiago PIEDRA SILVA (AFP)
Taille du texte Aa Aa

Pour la Colombie, deuxième pays exportateur de fleurs au monde, la Saint-Valentin représente un gros marché pour les producteurs. Une grande partie des fleurs reçues ou offertes en Europe pour l'occasion sont cultivées dans ce pays d'Amérique du Sud connu aussi comme étant l'un des principaux pays producteurs de cocaïne.

Sur place, la vigilance est de mise : les narcotrafiquants étant prêts à tout pour exporter la drogue à l'intérieur des cargaisons de fleurs. Une partie des exploitations horticoles tente de s'adapter.

"Nous sommes une entreprise certifiée Vats. C'est une alliance entre différentes entreprises pour assurer que les exportations ne sont pas liées à des activités illégales. Dans le cadre de cette alliance, nous devons faire attention aux choix des personnes que l'on embauche. Mais aussi aux fournisseurs et au matériel d'emballage nécessaire à l'exportation", explique Ximena Rodriguez, productrice de fleurs.

De la cocaïne dans les tiges

Les codes-barres apposés sur les bouquets permettent de retracer l'origine des fleurs et de faciliter les enquêtes si de la drogue est découverte. Les camions de transport sont contrôlés pour détecter la présence d'éventuels doubles-fonds, puis scellés. Ils ne seront rouverts qu'après leur arrivée à l'aéroport où la police prend le relai.

Le mois dernier plus de 450 000 cartons de fleurs ont été passées au scanner et 26 000 personnes fouillées par une centaine de policiers.

En 2018, plus de 400 kilos de cocaïne ont été découverts dans des cargaisons de fleurs.

"Nous avons découvert qu'ils camouflaient non seulement de la drogue dans le cœur des fleurs, mais aussi dans les tiges. Dans les emballages, nous avons également découvert de l'alcaloïde prêt à être exporté ou à sortir du pays", détaille José Fernado Acosta Moya qui est lieutenant-colonel dans la police nationale colombienne.

Les contrôles de sécurité décourageraient les narcotrafiquants. Cette année, pas un gramme de drogue n'a été trouvé dans les 600 millions de tiges de fleurs exportées pour la Saint-Valentin.

"Aujourd'hui en Colombie, on dénombre plus de 160 000 hectares de cultures de coca. Les narcotrafiquants utilisent tout types de cargaison pour pouvoir faire passer la drogue en Europe. A l'aéroport international El Dorado de Bogotá, la police veille à ce que la drogue ne soit pas introduite dans les cargaisons de fleurs dont le commerce avec l'Union européenne s'est accentué depuis la signature d'un accord de libre échange", précise notre correspondant Héctor Estepa.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.