DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : le bilan s'alourdit en Italie, pas de fermeture des frontières

euronews_icons_loading
Foto Claudio Furlan - LaPresse  
25 Febbraio 2020 Milano (Italia) 
news 
Negozi e locali chiusi nella Chinatown milanese
Foto Claudio Furlan - LaPresse 25 Febbraio 2020 Milano (Italia) news Negozi e locali chiusi nella Chinatown milanese   -   Tous droits réservés  LaPresse   -   Claudio Furlan/LaPresse
Taille du texte Aa Aa

Les ministres européens des pays frontaliers de l'Italie se sont réunis ce mardi à Rome pour faire le point sur l'épidémie de coronavirus qui continue sa progression.

322 cas, 11 morts en Italie

322 cas et onze morts sont recensés en Italie selon un dernier bilan, essentiellement en Lombardie, mais d'autres régions sont désormais touchées, notamment la Toscane et la Sicile.

Les ministres européens ne veulent pas pour autant céder à la panique en imposant un cordon sanitaire autour de l'Italie :

Nous avons décidé de garder les frontières ouvertes. Fermer les frontières serait une mesure inappropriée, disproportionnée et une erreur. Par ailleurs, nous nous sommes engagés à évaluer, au cas par cas, l'éventuelle annulation d'événements majeurs, culturels et sportifs, de niveau européen.
Roberto Speranza
Ministre italien de la Santé

La rencontre OL-Juventus maintenue

Justement, les footballeurs de la Juventus se Turin se déplacent à Lyon pour un match de Ligue des champions. Les autorités n'ont prévu aucune restriction particulière autour de cette rencontre, qui devrait attirer quelque 3.000 supporteurs de la région du Piémont, où six cas de coronavirus ont été recensés.

Il n'y a aucun argument scientifique et médical aujourd'hui qui nous conduise à arrêter des événements collectifs de cette nature, d'abord parce que le virus n'est pas circulé en France, ensuite parce que les cas sont circonscrits en Italie.
Olivier Véran
Ministre français de la Santé

France, Espagne, Autriche, Croatie, Suisse

La France a toutefois confirmé ce mardi deux nouveaux cas de coronavirus, tandis qu'en Espagne, un hôtel de Tenerife a été mis en quarantaine en raison d'un cas suspect, un médecin de Lombardie, dont le premier test s'est avéré positif. Les clients de cet établissement restent sous surveillance.

Même scénario à Innsbruck, en Autriche, où les autorités ont placé en quarantaine un hôtel dans lequel travaille une réceptionniste italienne contaminée par le coronavirus.

Enfin des premiers cas ont été recensés en Croatie ainsi qu'en Suisse.