DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Au Luxembourg, plus besoin de payer son titre de transport, une première mondiale

euronews_icons_loading
Au Luxembourg, plus besoin de payer son titre de transport, une première mondiale
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Plus besoin de payer son titre de transport au Luxembourg. Le Grand-Duché est passé ce week-end à la gratuité dans tout le pays. Du jamais vu. Pour les usagers, une économie de 2 euros en moyenne par trajet.

« C'est bien pour nous, les jeunes », confie une jeune femme au micro d'Euronews.

« C'est super mais ce n'est pas vraiment gratuit, relève un usager. On nous dit que c'est gratuit mais nous devons payer des taxes pour cela. »

Des routes moins congestionnées ?

L'objectif, c'est avant tout de désengorger les routes. Dans ce petit pays prospère de quelque 600 000 habitants, la moitié des déplacements professionnels se font en voiture. Et même lorsqu'on choisit le bus, il faut prendre son mal en patience...

« Là, c'est une catastrophe, s'exaspère Emmanuela. Désolée de le dire, mais c'est une catastrophe au niveau du trafic. Tout à l'heure, j'ai mis au moins 20 minutes dans les embouteillages pour parcourir 200 mètres du centre jusqu'à la gare. »

Actuellement, la ville de Luxembourg est un chantier à ciel ouvert. 300 kilomètres de pistes cyclables sont en construction et le nombre de places dans l es parkings relais va être doublé.

Ne plus faire payer pour les trajets ici au Luxembourg : cela fait partie d'un projet beaucoup plus vaste destiné à revoir complètement le système de transport. Une nouvelle ligne de tram ultra-moderne a été lancée en 2017 et un réseau complet est attendu d'ici cinq ans.

Des transfrontaliers encouragés à prendre le train

Plus de 600 millions d'euros sont aussi investis pour accroître les capacités du réseau ferroviaire depuis la France voisine. Et pour cause, quelque 100 000 Français passent quotidiennement la frontière pour venir travailler. La gratuité côté Luxembourgeois sera déduite de leur billets internationaux. Pour le ministre des Transports, le Luxembourg ne pouvait pas se contenter de demi-mesures.

« Nous avons vraiment un problème d'heures de pointes au Luxembourg, un gros problème d'heures de pointe, reconnaît François Bausch. Et jusqu'ici, tout le monde pensait que le problème serait résolu en étendant toujours plus le réseau routier et en favorisant la mobilité en voiture. Mais ce n'est pas possible, nous devons changer de paradigme. »

Si le Luxembourg peut se permettre de perdre annuellement 40 millions d'euros de revenus liés aux transports publics, c'est aussi parce que c'est l'un des pays aux PIB par habitant les plus élevés au monde : 102 000 euros par personne et par an.

Près de sept personnes sur 10 ont une voiture. Gratuité ou non des transports publics, le gouvernement va donc devoir faire preuve de persuasion pour convaincre les accros du volant de changer leurs habitudes.