DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Indonésie : le roi des Pays-Bas présente des excuses pour les violences anti-indépendantistes

euronews_icons_loading
Indonésie : le roi des Pays-Bas présente des excuses pour les violences anti-indépendantistes
Tous droits réservés  ACHMAD IBRAHIM/AFP
Taille du texte Aa Aa

Le roi des Pays-Bas Willem-Alexander a présenté des excuses mardi à Jakarta pour "la violence excessive" subie par l'Indonésie pendant la lutte pour son indépendance après la Seconde guerre mondiale, une première pour la monarchie selon plusieurs sources.

"Au cours des années qui ont suivi la Proklamasi (déclaration d'indépendance par l'Indonésie en 1945, NDLR), une séparation douloureuse s'est ensuivie au prix de nombreuses vies humaines (...) je voudrais exprimer mes regrets et je m'excuse pour la violence excessive de la part des Néerlandais au cours de ces années", a-t-il déclaré au cours d'une visite d'Etat en Indonésie.

"Je le fais avec la conscience entière que les familles affectées continuent à ressentir de la douleur et de la peine", a-t-il ajouté après une cérémonie aux côtés du président indonésien Joko Widodo.

L'Indonésie a déclaré son indépendance le 17 août 1945, après une courte période d'occupation par le Japon et plusieurs centaines d'années de colonisation par les Pays-Bas.

Première historique

Le royaume néerlandais n'a accepté l'indépendance de son ancienne colonie qu'en 1949 après quatre ans d'un conflit qui a fait des milliers de morts.

C'est la première fois que la monarchie néerlandaise présente des excuses pour la répression du mouvement d'indépendance indonésien, selon plusieurs sources dont un haut responsable du gouvernement indonésien. L'ambassade des Pays-Bas n'a pas apporté de commentaires.

En 2013, le gouvernement néerlandais avait présenté des excuses à l'Indonésie pour les massacres perpétrés par son armée après 1945.

Le gouvernement a aussi promis des compensations aux proches de ceux qui sont morts dans les massacres, mais toutes les sommes n'ont pas été versées, selon le Comité pour les dettes d'honneur néerlandaises (KUKB), association indonésienne basée aux Pays-Bas.