DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Royaume-Uni : les travailleuses immigrées perdantes de la nouvelle législation

euronews_icons_loading
Royaume-Uni : les travailleuses immigrées perdantes de la nouvelle législation
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Dès janvier 2021, la législation relative aux travailleurs immigrés sera durcie au Royaume-Uni. Le gouvernement entend donner "la priorité aux personnes possédant les plus grands talents" et ne plus dépendre de la main-d'œuvre "bon marché" étrangère.

Le système à point qui sera mis en place imposera un salaire minimum de 25 600 livre sterling par an (environ 29 000 euros) pour pouvoir avoir la possibilité de travailler dans le pays. Une situation qui inquiète notamment les travailleurs immigrés à domicile, au premier rang desquels les femmes, qui occupent régulièrement des postes à bas-salaires.

Toute une partie de l’économie britannique

"Malheureusement, le gouvernement ne reconnaît pas les compétences des travailleurs sociaux, comme étant des compétences bonnes pour le système de points d’immigration" souligne Karolina Gerlich, fondatrice de l'association des travailleurs sociaux.

Neila est une ancienne directrice d'école aux Philippines, aujourd'hui femme de ménage et nourrice. Elle travaille au Royaume-Uni depuis 14 ans et pense que des travailleurs comme elle aident à soutenir l'économie britannique. "Nous aidons beaucoup ces familles. Notre travail a vraiment un grand effet, pendant qu'ils vont travailler, donc nous sommes vraiment ceux qui font fonctionner leurs ménages" explique-t-elle.

Travail plus dur, plus d’heures de travail

L'organisation Women’s Budget Group estime que ces nouvelles lois établissent une discrimination salariale et que le système de soins britannique en pâtira. "Nous craignons que cela ait également un impact sur les travailleurs sociaux actuels qui devront travailler plus dur, voire travailler plus d'heures" indique Sara Reis, responsable politique de l'association. Le ministère de l'Intérieur britannique affirme avoir étudié l'impact de ces nouvelles lois, et a lancé une campagne de recrutement pour anticiper l'entrée en vigueur de ces nouvelles législations.