EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Brexit : la fin des subventions européennes inquiète les agriculteurs britanniques

Brexit : la fin des subventions européennes inquiète les agriculteurs britanniques
Tous droits réservés Rebecca Miller, AP
Tous droits réservés Rebecca Miller, AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

🇬🇧 Brexit : certains agriculteurs britanniques ont entamé une diversification de leurs activités pour anticiper la fin des subventions européennes.

PUBLICITÉ

Au Royaume-Uni, la fin des subventions agricoles européennes inquiète les fermiers. Certains ont d'ores-et-déjà entamé la diversification de leur activité, pour prévenir un chute de revenu quasi-inévitable.

La moitié des exploitations en difficulté

"Il n’y a pas de détails, il n’y a aucune indication sur le financement" s'inquiète Ben Taylor, éleveur dans l'est du Sussex depuis vingt ans. Alors que les fonds européens de soutien aux agriculteurs vont cesser progressivement, d'ici 2027 en raison du Brexit, Ben prédit "un trou potentiellement important" dans ses revenus et ses bénéfices.

"Les politiciens et le Département chargé des affaires rurales nous disent que les nouveaux régimes entreront en vigueur à partir de 2024" explique-t-il, alors qu'une subvention n'a encore été confirmée par le gouvernement britannique. Selon lui la moitié des exploitations agricoles britanniques vont devoir mettre la clé sous la porte. D'après une étude, "60% des entreprises agricoles ne sont pas rentables sans le financement de l’Europe ou du gouvernement britannique"précise-t-il. "Il est donc inévitable que certaines d’entre elles cessent leurs activités. Il n'y a pas d'autre chemin." Son constat est également partagé par le syndicat national des agriculteurs.

Diversification des activités

Comme Ben, ceux qui le peuvent se diversifient. Ainsi la région a vu apparaître des maisons d'hôtes, et des activités nautiques comme la pêche. Ben a créé un gîte, qui lui assure des revenus complémentaires. "Cela peut être très gourmand en capital. Vous devez donc être en mesure de financer la diversification avant d'en tirer un revenu" explique-t-il. "Sans cela, nous aurions du mal" admet-il.

Le ministère britannique chargé des Affaires rurales a confirmé sont intention de récompenser les agriculteurs qui ont changé leur façon d'utiliser la terre - moins de blé et de produits laitiers et plus de plantation d'arbres - pour capturer le carbone et améliorer la biodiversité. Mais toutes les exploitations ne sont pas équipées pour ces changements et le programme en est à ses débuts.

"Ils disent qu'ils vont commencer à le faire en 2024. À ce moment-là, ils auront retiré environ la moitié des subventions que nous recevons actuellement" s'agace Ben.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un fossé encore trop grand entre l’Union européenne et le Royaume-Uni

Toujours la même impasse entre l’UE et le Royaume-Uni

Royaume-Uni : les travailleuses immigrées perdantes de la nouvelle législation