DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La seule girafe blanche femelle au monde disparaît, exécutée par des braconniers au Kenya

La girafe blanche femelle prise en photo le 31 mai 2017 dans la réserve de Garissa, au Kenya
La girafe blanche femelle prise en photo le 31 mai 2017 dans la réserve de Garissa, au Kenya   -   Tous droits réservés  Handout / Caters News Agency / AFP
Taille du texte Aa Aa

Elle était belle et si rare, et même l'unique spécimen recensé dans le monde... On ne peut désormais en parler qu'au passé car une fois de plus, la bêtise humaine a frappé.

Une girafe blanche femelle, dont on avait découvert l'existence avec émerveillement il n'y a que trois ans, en 2017, dans le nord-est du Kenya, a déjà perdu la vie. Elle a été "exécutée" froidement par une bande de braconniers dans la réserve naturelle de Garissa, où elle vivait tellement tranquille qu'elle avait donné naissance à deux girafons en août dernier.

Une vidéo a été réalisée en 2018 :

Les tueurs d'animaux n'ont d'ailleurs pas épargné l'un des petits; son squelette a été trouvé à côté de celui de sa mère par des gardiens de l'association kényane Ishaqbini Hirola qui gère la réserve.

Ecoeuré, le directeur, Mohammed Ahmednoor, a commenté :

Nous sommes la seule communauté au monde qui s'occupe de préserver la girafe blanche (...) Cette tuerie est un coup dur pour les mesures importantes prises par la communauté pour préserver des espèces rares, et un appel à la vigilance pour un soutien continu aux efforts de protection

Un jeune mâle, dernier survivant protégé au Kenya

Puisque ces animaux étonnants n'ont été observés nulle part ailleurs qu'au Kenya, il n'en reste plus qu'UN au monde : le deuxième petit, un mâle, qui a réussi à échapper aux chasseurs pourtant sans pitié.

La pigmentation extrêmement rare de la girafe blanche, maintenant en voie de totale extinction, n'est pas due à l'albinisme, expliquent des experts, mais à une transformation génétique qui est appelée le leucisme; c'est en fait un manque de certaines cellules pigmentaires dont souffrent aussi les célèbres tigres blancs.