DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : pratiquement 5 000 décès et 100 000 cas en Europe

euronews_icons_loading
Une rue de Rome quasi déserte, près du Vatican, le 19 mars 2020.
Une rue de Rome quasi déserte, près du Vatican, le 19 mars 2020.   -   Tous droits réservés  FILIPPO MONTEFORTE/AFP
Taille du texte Aa Aa

La pandémie de Covid-19 continue sa propagation en Europe. Le Portugal, qui a décrété l'état d'urgence ce jeudi a demandé à ses habitants de rester chez eux et de fermer les commerces non essentiels. En Italie et en Espagne, les deux pays les plus touchés, la situation sanitaire reste compliquée.

"Le devoir appelle à rester à la maison", sauf si l'on doit se déplacer pour des raisons professionnelles impératives, pour s'occuper de proches ou pour des sorties individuelles de courte durée, a indiqué le Premier ministre portugais Antonio Costa devant la presse. Seules les personnes porteuses du coronavirus ou soupçonnées de l'être sont soumises à "un confinement obligatoire", a-t-il ajouté, en précisant que l'application de ces mesures serait régulièrement réévaluée.

"Tous les établissements alimentaires, cafés, restaurants, tout le secteur alimentaire, doivent fermer leur service client. Mais nous les appelons à continuer à proposer de la nourriture à emporter ou la livraison à domicile" a indiqué le Premier ministre. Les personnes de plus de 70 ans ne pourront sortir que pour des courtes promenades pour des raisons de santé.

Selon le dernier bilan officiel jeudi soir, le nouveau coronavirus a fait trois morts au Portugal, où l'on recensait jeudi 785 cas confirmés.

L'Italie devance la Chine en nombre de morts

L'Italie continue de vivre des heures sombres. Avec plus de 3 400 décès, le pays devance la Chine en nombre de morts. La ville de Bergame en Lombardie est devenue l'épicentre du coronavirus. Les décès s'enchaînent, et les familles, confinées, ne peuvent participer aux obsèques de leurs proches. Le cimetière principal est tellement débordé que des camions militaires ont dû transporter 70 corps dans les régions voisines pour les incinérer.

À Rome, la ville tente de renforcer ses services médicaux. Un nouvel hôpital vient d'ouvrir ses portes, dédié au traitement des patients atteints de Covid-19 et deux autres unités seront bientôt prêtes, selon les médias locaux.

Le pays compte plus de 40 000 cas selon un bilan effectué jeudi soir. Les autorités ont annoncé le prolongement des mesures de confinement au delà du 3 avril.

Lire aussi : En Italie, les mesures de confinement "prolongées" au-delà du 3 avril

En Espagne, les hôtels réquisitionnés pour devenir des cliniques

Dans le deuxième pays le plus touché en Europe certains hôtels ont été transformés en cliniques afin d'accueillir les personnes souffrant de légers cas de coronavirus, et atténuer la pression dans les hôpitaux. À Barcelone, l'aéroport a été désinfecté ce jeudi par l'armée espagnole pour arrêter la propagation. Seuls quelques vols y sont maintenus.

L'Espagne compte 18 000 cas de coronavirus et plus de 800 morts selon un bilan réalisé jeudi par le ministère de la santé.

Boris Johnson pense pouvoir inverser la tendance en 12 semaines

Le Royaume-Uni, qui déplorait jeudi 144 morts, recommande d'éviter les rassemblements et de faire du télétravail, sans pour autant recourir à ce stade à des mesures contraignantes. Les écoles doivent fermer à partir de vendredi.

Sans écarter des mesures plus strictes pour la population face à l'accélération de la propagation du virus, notamment à Londres, Boris Johnson compte également sur les avancées scientifiques dans le développement d'un traitement.

"Nous progressons énormément dans la connaissance de la génétique du cœur du virus", ainsi que dans la recherche de traitements efficaces, a-t-il souligné.

Des essais en ce sens ont commencé jeudi avec un patient britannique atteint de la maladie Covid-19, a-t-il ajouté, expliquant que les scientifiques britanniques espèrent commencer les essais pour développer un vaccin "dans le mois qui vient".

Les Etats-Unis ont déjà entamé des essais cliniques, ont annoncé lundi les autorités sanitaires américaines.

Le Royaume-Uni, pour l'heure, ne teste pas systématiquement tous les malades et se concentre sur les cas les plus graves, malgré les recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Selon Boris Johnson, des discussion sont en cours pour pouvoir acheter "des centaines de milliers de tests" pour identifier les personnes qui ont été atteintes par la maladie et ont guéri, ce qui selon lui pourrait "changer la donne".

Enfin la France, placée en confinement depuis mardi midi, compte 372 décès et plus de 9000 cas selon un bilan réalisé jeudi soir.