DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

A Gaza, l'épidémie de Covid-19 s'ajoute à la crise humanitaire

euronews_icons_loading
A Gaza, l'épidémie de Covid-19 s'ajoute à la crise humanitaire
Tous droits réservés  Adel Hana/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Dans la bande de Gaza, l’épidémie de Covid-19 pourrait conduire à une catastrophe, craignent des organisations humanitaires.

70% de familles pauvres

L’enclave palestinienne, surpeuplée, est sous blocus israélien depuis de nombreuses années et son système de santé reste très limité, alors que le coronavirus est désormais présent sur le territoire.

"_Nous devions déjà fare face à un défi de taille, celui de la sécurité alimentaire avec environ 70% de familles pauvres qui ont besoin d'aide. Nous sommes désormais face à deux défis qui sont liés : la sécurité alimentaire et la sécurité sanitaire. Avec les restrictions, qui fournira de la nourriture à ces familles", _s'inquiète le docteur Rami Al Abadlah, directeur du Département de contrôle des infections.

Les restrictions ajoutent de la difficulté

Pour freiner l'épidémie de coronavirus, les autorités gazouies ont fermé, outres les écoles et universités, les mosquées, marchés, cafés ou restaurants. Aucun rassemblement n’est autorisé et les déplacements sont limités. Des restrictions qui complexifient davantage encore la vie des Gazaouis, souligne Adnan Abu Hasna, porte-parole de l'UNRWA :

"Près de 70% des habitants ici sont considérés comme pauvres. Ils n'ont pas la possibilité de fournir deux repas par jour à leur famille. Cette crise ajoute encore plus de difficultés. De plus, la majorité de la population est réfugiée, on parle de 75% de la population. Elle dépend fortement de notre aide."

Des équipements hospitaliers très limités

Les bâtiments et les rues sont aspergés de désinfectant dans l'espoir de limiter au maximum les cas de contamination à Gaza. Selon les estimations de l’OMS, l’enclave a la capacité de gérer seule une centaine de cas graves. Les hôpitaux manquent cruellement d’appareils respiratoires et d’unités de soins intensifs.