EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Wayne Rooney s'estime injustement stigmatisé

Wayne Rooney s'estime injustement stigmatisé
Tous droits réservés Rui Vieira/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Rui Vieira/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par Pierre Michaud
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La star anglaise s'est émue dans une tribune des critiques qui visent les footballeurs professionnels.

PUBLICITÉ

Wayne Rooney, l'ancien capitaine de l'équipe d'Angleterre de football, est monté au créneau ce week-end. L'actuel joueur de Derby County, 34 ans, dénonce la manière dont sont stigmatisés les footballeurs professionnels dans cette crise du coronavirus.

Dans une tribune publiée dans le Sunday Times, Rooney affirme à nouveau sa volonté de participer financièrement à la lutte contre l'épidémie. En revanche, il estime "honteuse" la façon dont ses collègues joueurs professionnels sont traités : "il n y aucune raison que nous soyons des boucs émissaires", dit-il.

Autre polémique en Angleterre. Des clubs comme Liverpool ont choisi de placer leurs salariés en chômage partiel afin de limiter les conséquences économiques de la crise, mais leurs joueurs professionnels, eux, ne sont pas concernés.

Les Reds, qui ont récemment annoncé d'énormes bénéfices, profitent ainsi d'un programme du gouvernement qui prend en charge 80% des salaires.

Liverpool est en discussion avec son effectif pour que celui-ci accepte une baisse conséquente de ses émoluments, à l'image du FC Barcelone dont les stars Messi, Griezmann et compagnie ont accepté de baisser de 70% leurs conditions salariales en attendant de pouvoir retrouver les terrains.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

JO 2021 : des épreuves sans spectateur à Tokyo

A deux semaines des JO, l'état d'urgence sanitaire décrété à Tokyo

L'Association médicale de Tokyo met en garde à 100 jours des JO