DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : les clubs belges de football privés de coupes européennes ?

Les joueurs du FC Bruges lors du 16e finale retour de la Ligue Europa contre Manchester United, le 27 février 2020.
Les joueurs du FC Bruges lors du 16e finale retour de la Ligue Europa contre Manchester United, le 27 février 2020.   -   Tous droits réservés  OLI SCARFF/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

L'UEFA n'a pas du tout apprécié la tournure des événements en Belgique, où comme dans tous les pays européens, le championnat local de football a été suspendu en raison de la pandémie de Covid-19. Hier, le conseil administration de l'association qui regroupe les clubs professionnels belges de foot (Pro League), s'est en effet prononcé pour l’arrêt pur et simple des compétitions de la saison 19-20.

Les dirigeants des 24 clubs pro de Belgique ont décidé à l'unanimité de faire passer la santé des acteurs et des spectateurs avant toute considération sportive et surtout financière. Sportivement, Ils ont préconisé que le classement actuel de la première division se fige pour devenir le classement final.

La réaction des instances internationales du ballon rond ne s'est pas faite attendre. L'UEFA, ainsi que l'Association européenne des clubs (ECA) et l'Association des Ligues européennes (EL) ont tapé du poing et ont dégainé un courrier adressé aux fédérations, ligues et clubs du Vieux Continent. Il y est stipulé que "toute décision d'abandonner les compétitions domestiques est à ce stade prématurée et non justifiée".

La décision belge va en effet à l'encontre de la position de l'UEFA qui a mis en place des groupes de travail pour "assurer que l'objectif primordial de mener les compétitions à leur terme soit atteint". Mettre un terme aux compétitions nationales ne doit être que "le dernier recours", a tonné la confédération européenne.

Une exclusion pour les clubs belges ?

Le président de l'UEFA, Aleksander Ceferin, a sorti l'artillerie lourde en menaçant de sanctions ceux qui seraient tentés, comme la Belgique, de tirer définitivement le rideau sur leur championnat. "La participation aux compétitions de l'UEFA étant déterminée par le résultat sportif atteint à la fin de chaque compétition domestique complète, une interruption prématurée installerait des doutes sur l'accomplissement de cette condition. L'UEFA se réserve le droit d'évaluer la légitimité (de ces clubs) à participer aux compétitions de l'UEFA en 2020-2021", a-t-il averti.

Dans les faits, les clubs évoluant dans des championnats qui s’arrêteront contre l'avis de l'UEFA risquent d'être exclus de la Ligue des champions (C1) et de la Ligue Europa (C3). Ainsi, le FC Bruges, actuel leader de la Pro League, et triste champion virtuel, ne pourrait pas disputer la lucrative C1.

Ce vendredi, la Pro League ainsi que la fédération belge de football (RBFA) se sont entretenues avec l'UEFA lors d'une réunion à distance. La partie belge a expliqué "dans le détail les motifs sanitaires et économiques" de sa position à l'instance européenne du ballon rond, tout en contestant les menaces à peine voilées. Cette rencontre n'a pas donné lieu à un compromis ou à une décision claire. Une nouvelle réunion est d'ores et déjà prévue.

Une des particularités de la Pro League est d'avoir déjà encaissé l'intégralité des droits TV des diffuseurs quand la plupart des autres ligues européennes fonctionnent par un système de tranches de paiement, c'est notamment le cas des cinq plus gros championnats.

La question des droits TV dans la balance ?

Pour l'UEFA, la Ligue des champions et, dans une moindre mesure, la Ligue Europa sont des "poules aux œufs d'or". En France, le diffuseur de la compétition, RMC sport, verse sur la période 2018-2021, 315 millions d'euros par saison. En Angleterre, BT Sport signe un chèque de 394 millions de livres (456 millions d'euros) pour l'intégralité de la Ligue des champions, ainsi que la Ligue Europa. Les sommes sont aussi astronomiques en Italie (290 millions d'euros par saison ) ou en Espagne (360 millions d'euros par saison) et en Allemagne.

Dans certains pays, comme en France, les diffuseurs des compétitions nationales (Ligue 1 et 2) ont déjà décidé d'interrompre le versement des droits TV. Et si de plus en plus de pays comme la Belgique décident de renvoyer définitivement leurs joueurs au vestiaire, comment imaginer que les compétitions européennes puissent continuer et désigner leur vainqueur ?